Zooms

1994, l’Itsembabwoko. Le mot itsembabwoko n’existait pas en kinyarwanda avant le génocide. Il a été forgé par le gouvernement rwandais et les associations de rescapés pour le désigner, et adopté par le Parlement rwandais. Itsemba veut dire décimer, et bwoko désigne l’identité sociale des Rwandais avant qu’on les divise en ethnies, et décrit tout autant l’appartenance régionale, la profession que l’appartenance clanique. Le génocide rwandais ne mériterait-il pas d’être appelé par le nom que se sont choisi les Rwandais ? La rédaction d’Africultures vous propose ici un dossier complet autour de l’Itsembabwoko.