Événements

La comédie indigène (Tunisie)
Textes de J. Conrad, A. Césaire, G. de Maupassant, Dr Jacobus x, V. Hugo, F. Fanon, A. de Tocqueville, A. de Lamartine et A. Mbembe. Conception et mise en scène de Lofti Achour, avec Thierry Blanc

Français

C’est bien connu, le Chinois est « lubrique » et a « les muqueuses couleur carmin »… La Négresse, pourtant « admirable de forme », a « le cerveau gourd et stagnant ». L’Arabe est « fourbe », « sodomite » et… « nyctalope ». L’indigène a une vie « essentiellement végétative et instinctive » et c’est « une sécrétion fournie par le foie qui noircit la peau de l’Ethiopien »…
Il vaut mieux en passer et des pires !
Le reste est à l’avenant et le florilège réuni par Lotfi Achour, tout simplement monstrueusement effrayant.
Un conférencier es-exotisme lit des extraits du livret distribué aux militaires français partant aux colonies (1927) et quelques citations empruntées à Lamartine et Maupassant, Tocqueville, Gide et Conrad, tandis qu’un contradicteur vient esquisser une réponse en citant, parmi d’autres, Achille Mbembe ou Aimé Césaire…

« Tais toi, je sais mieux que toi qui tu es. Ce que tu sais et dis à mon sujet ne compte pas ».
« Ne me demande plus de me situer par rapport à ce que tu as dit sur toi-même.
Ces images parlent de l’occident d’abord et de sa déraison ».
Achille Mbembe

« La race est la prédisposition instinctive, pour ainsi dire physique, c’est la civilisation dans le sang.
On peut exterminer certains peuples, on ne peut les changer ».
Alphonse de Lamartine