Zooms

Portraits de producteur-e-s. Ils sont d’âges et d’horizons différents, certains sont réputés, d’autres encore dans l’ombre, avec une forte expérience ou encore novices. L’enjeu est de leur donner la parole afin de mieux connaitre les conditions d’exercice, aujourd’hui, en Afrique subsaharienne francophone, de ces amoureux de l’image animée en charge de réunir les moyens humaines, financiers et matériels pour qu’advienne une œuvre cinématographique ou audiovisuelle.

Foyer, tu deviendras résidence sociale. La « RS » est le titre ainsi d’usage depuis 20 ans pour requalifier les « foyers de travailleurs migrants » (FTM). Ce jeu de termes n’est pas anodin, il illustre plus largement l’évolution des politiques françaises en matière de logement et de gestion des flux migratoires de travailleurs. Une page de l’Histoire qu’Africultures décline en portraits : des portraits d’habitats et de tous ces hommes qui les façonnent.

Pendant un mois, Africultures vous emmène à la découverte du village saamaka, un quartier de Kourou en Guyane française. En quelques décennies, le petit bourg créole de Kourou, où vivaient quelques centaines de descendants d’esclaves affranchis en 1848, est devenu une ville multiethnique de 26 000 habitants, vitrine de la technologie de pointe. Et pour cause, c’est de là que la France, et désormais l’Europe, lance ses satellites. L’histoire du spatial est aussi une histoire ouvrière, faite d’immigrations multiples…

Africultures plonge en musique dans la littérature. Quatre fragments de musique écrits par Camara Laye, Ngugi Wa Thiong’o, Jean Bofane et Ayi Kwei Armah. Quatre moments de vie qui relatent un plaisir mélomane vécu à l’oblique. Au cours d’un mariage, dans une atmosphère de bar ou encore au cœur d’une révolte. Ces extraits d’œuvres d’auteurs africains nous transportent à la fois dans un espace culturellement ancré et universel.

Les critiques, les tendances et les rencontres de cette 69ème édition du Festival de Cannes.

Un regard de Valérie John, plasticienne, sur la Martinique, son espace de vie et de création. Elle nous propose de tirer le fil de ce qu’elle nomme les “hors lieux”, qui seraient définies par trois parties : La mémoire, l’échouage, l’histoire de l’art du lieu, L’Atelier-mémoire-plastique et L’Atelier de l’artiste le lieu de la matière transformée. Ci-joint le deuxième opus : L’Atelier-mémoire-plastique.

1 2 3