Événements

2nd festival de cinéma Queer
Le Festival de cinéma Queer est un temps fort de réflexion sur les identités. A noter samedi 17 mars, journée spéciale « Queer et post-colonialisme »

Français

Héritier du féminisme, et des cultures gays, lesbiennes et trans, la théorie et le mouvement politique Queer déconstruisent les genres et les sexualités. A l’instar de Jean Genet qui, en invitant à transformer la honte des parias en orgueil, appelait à une reformulation, par les dominés eux-mêmes, individuellement et collectivement, de leur subjectivité, le cinéma Queer, reflet de nouvelles formes de relations, d’être au monde, de propositions artistiques, est venu aujourd’hui bouleverser les modes de production et les formes mêmes d’un art du cinéma.

La seconde édition de notre festival se déroulera du 16 au 21 mars 2007, au cinéma l’Entrepôt. Nous dessinerons durant ces six jours quelques axes de ce fertile mouvement : croisement des problématiques sexuelles et raciales, black feminism, politiques trans, incarnations cyborg et freaks, devenirs, réflexion sur le corps, etc., au travers de plus de 40 films, souvent inédits en France, aux croisées du cinéma militant, de l’art contemporain et du cinéma expérimental. Nous inviterons à réfléchir, en présence de ciné/vidéastes, d’activistes et d’universitaires, autant aux politiques queer, féministes et postcoloniales, qu’à la production d’images individuelles et collectives, au rôle de l’art dans l’espace public et/ou comme espace symbolique, dans sa capacité même à transformer le réel, nos subjectivités et notre imaginaire.
Nous laisserons cette année une place importante au cinéma féministe et tenterons d’en tracer les points de convergences avec la pensée queer.
Plusieurs rendez-vous sont incontournables durant le festival, dont notamment :
L’ouverture du festival autour de l’œuvre de l’artiste performer Leigh Bowery, figure culte des années 80 et de la fureur de la culture underground. Le vertigineux parcours d’un créateur de costumes hallucinants qui redessinaient de nouveaux corps défiant toutes les normes.
La journée entière consacrée à la rencontre entre « mouvement Queer et post-colonialisme », avec notamment « Black Nations / Queer Nations » de Shari Frilot, projeté pour la première fois depuis 12 ans en France, et « Mama no me lo dijo » des Mujeres Creando, le célèbre groupe féministe radical bolivien, qui à partir de performances et de poèmes insolents, se réapproprie l’espace public pour mieux le transformer.
L’incroyable « Dandy Dust » de Hans Scheirl, film-culte à la croisée du cinéma expérimental et de la science-fiction, qui, par une prolifération de greffes, de fluides, d’êtres mutants aux frontières mentales et corporelles complètement éclatées, rend compte de ce que pourrait être un imaginaire queer dans sa forme la plus débridée, tenant à la fois du cyborg et de la post-identité.

Samedi 17 mars Queer et post-colonialisme

Pour cette 2nde édition du Festival, et en écho à une situation politique française qui l’appelle urgemment (révoltes des banlieues, politiques d’ immigration, mondialisation, etc.), nous affermirons notre volonté de donner davantage de place encore à la lecture, l’analyse, l’invention de croisements des luttes politiques Queer avec d’autres champs d’action politique et opérerons cette année un rapprochement conscient avec le champ post-colonial et un regard plus précis sur diverses situations de colonialité, afin, aussi de prendre la mesure de solutions inventées par certains artistes et collectifs ici et là, qui tentent de mettre en place leurs résistances.
Le rapprochement entre questions de genre et études postcoloniales est depuis longtemps déjà appelé de ses voeux par la critique Queer, et le champ postcolonial aux Etats- Unis notamment avec des théoriciennes comme Gloria Anzaldua, bell hooks, Chela Sandoval, Angela Davis, Gayatri Spivak. Ces questionnements qui agitent, au jour où nous parlons, les universitaires, activistes, théoriciens du Queer en France, se sont traduits également par des tentatives de rapprochement entre groupes d’activistes Queer et collectifs mobilisés par une critique du post-colonialisme en France. Au travers de quelques films fictionnels (J.- P. Bekolo, Stuart Gaffney), militant (Mujeres Creando), plastiques (Steven Cohen) et documentaires, nous avons souhaité voir ce que ce cinéma pouvait nous donner à réfléchir. Nous espérons y trouver l’esquisse urgente d’une possible alliance des luttes ici et maintenant.

15h50 Quartier Mozart de Jean-Pierre Bekolo, en présence du réalisateur et Des hommes et des dieux de Anne Lescot et Laurence Magloire, en présence des réalisatrices

18h30 Projection-débat « Politiques Queer & post-colonialisme »
Black Nations / Queer Nations de Shari Frilot (Etats-Unis, 1995, Béta SP, 59′)
Débat en présence de Louis- Georges Tin (porte parole du CRAN – Conseil représentatif des Associations Noires, enseignant à l’université d’Orléans, auteur du Dictionnaire de l’homophobie), Eric Fassin (Sociologue, enseigne à l’ENS, auteur de L’inversion de la question homosexuelle et co-dir. De la question sociale à la question raciale ?), Elsa Dorlin (philosophe, enseignante à Paris 1, auteure de La Matrice de la race, généalogie sexuelle et coloniale de la nation française), et le collectif Les Panthères Roses.

20h30 Chandelier de Steven Cohen

22h00 Black Feminism
Out – Naissance d’une révolutionnaire de Rhonda Collins et Sonja de Vries. En présence de Sonja de Vries.
The Edge of Each Other’s Battle – Audre Lorde de Jennifer Abod