Événements

Africando (bal salsa)
Africando viendra apporter son soleil dans un bal salsa au Hangar 23 pour clôturer la saison du Théâtre Duchamp-Villon et vous préparer à passer un bel été.

Français

Africando, groupe de salsa africaine né en 1993, revient sur le devant de la scène avec son nouvel album : Ketukuba. En 15 ans, ils sont devenus la référence en matière de salsa africaine. Ibrahim Sylla le principal producteur de toute la musique ouest-africaine, mentor de Salif Keita, d’Ismaël Lô, Alpha Blondy, Baaba Maal, entre autres ; n’est autre que le fondateur d’Africando. Il a ainsi permis la surprenante, mais non moins fascinante union des musiciens de salsa américains et des chanteurs africains. En rassemblant à merveille l’Afrique et toute sa diaspora, le groupe mêle les genres, les cultures, les sonorités. Africando est plus qu’un groupe, c’est un concept, basé sur trois continents : les voix africaines chantent à Dakar, Bamako ou Abidjan, les musiciens africains ou cubains sont installés à Paris, et les sections rythmiques, de cordes et de cuivres latinos, résident à New York et Miami.

Le titre de leur nouvel album a été donné en mémoire de Gnonnas Pedro, chanteur béninois du groupe disparu à 61 ans. La dernière chanson qu’il a enregistrée, Ketukuba a donné son nom à l’album, en guise d’hommage à ce pionnier d’Africando. Ce titre signifie « De l’origine à Cuba », dans une langue béninoise. Les quelques vétérans de la salsa du groupe ont dû faire une place aux nouvelles voix trouvées par Ibrahim Sylla pour cet album : Pascal Dieng, Basse Sarr et José Reyes. Du sang neuf plein de talent, digne de ses aïeux. Africando signe un album entraînant, sur des rythmes afro-cubains qui voltigent, ondoient, virevoltent. Impossible de ne pas esquisser quelques pas de danse… de salsa bien sûr.

Ce disque est une claque magistrale à ceux qui prétendent jouer de la salsa, y compris les latino-américains. Avec ce septième album studio, Africando signe son meilleur disque jusqu’ici.
David Marif – World – octobre 2006


A écouter : Ketukuba (Discograph – 2006)