Événements

Salim Jah Peter & Mystic Ténéré
en concert pour « La Paix et la liberté de la presse au Niger »

Français

Pourquoi une nouvelle rébellion au Niger ?

Suite aux accords de paix de 1995 entre le gouvernement nigérien et la première rébellion touareg (1990/1995) le pays a connu quelques années de tranquillité.

Malheureusement, une partie de ces accords n’a pas été respectée par le gouvernement.

Une famine à Maradi en 2005, la corruption à tous les étages, le chômage, la misère ont déclenché la colère des anciens combattants qui ont repris les armes et fondé le MNJ.

Qu’est ce que le MNJ ? Le Mouvement des Nigériens pour la Justice. Il réclame un meilleur partage des richesses pour tous les Nigériens. En effet, la différence avec la première rébellion est que le mouvement va au-delà des seuls Touaregs et interpelle l’ensemble des Nigériens, quelle que soit leur ethnie.

De quelles richesses parle-t-on ?

L’extraction d’or par le Canada, le charbon par une entreprise d’Etat, ou encore l’uranium par le groupe Areva qui en a extrait 80 000 tonnes depuis 1971. Le Niger est le quatrième producteur mondial d’uranium et pourtant c’est l’un des pays les plus pauvres du monde (174ème sur 177 selon l’ONU et l’Indice de Développement Humain). Les nigériens vivent en moyenne avec 500 francs CFA, soit 0,80€, par jour.

De 2000 à 2006, le Niger comptait parmi les pays les plus sûrs et stables dans le monde, jusqu’à la découverte du pétrole fin 2006 dans le nord du pays par la Chine. La rébellion a débuté en février 2007. Les Nigériens se sont donc posés la question car un proverbe nous dit : il n’y a pas de fumée sans feu. Le gouvernement nigérien considère le MNJ comme des bandits armés et sabote toute tentative de dialogue. Il interdit en outre la présence de la presse dans le nord du pays et fait arrêter des journalistes. Ainsi les deux journalistes reporters d’Arte, Thomas Dandois et Pierre Creisson, qui ont depuis été remis en liberté conditionnelle, de même que le directeur du journal Aïr-info Mr Ibrahim Diallo Manzo accusé d’association de malfaiteurs. Sans oublier le correspondant de RFI, Mr Moussa Kaka, incarcéré depuis septembre 2007, qui est actuellement menacé de la prison à vie. Après la journée de soutien organisée par RFI le 10 mars 2008 pour son correspondant le gouvernement nigérien a immédiatement coupé les ondes de RFI durant 3 mois. Radio Sahara FM à Agadez et tout récemment la maison de la presse puis la radio-télévision Dounia à Niamey ont été fermées.

Cette rébellion est une guerre silencieuse de business, une guerre froide entre la France, la Chine, le Canada et la Libye.

Il est temps d’agir et de briser le silence !
A l’approche d’un nouveau Darfour… il est temps de réagir plutôt que de compter les morts dans un proche avenir.

C’est pour cela que Salim Jah Peter, artiste reggae militant de la paix du Niger et l’association PlaneteHumascène lancent un appel de soutien à toutes et à tous afin de briser le silence qui règne sur le Niger. Nous ne voulons pas d’un nouveau Darfour ou d’une nouvelle Somalie au Niger ou nulle part ailleurs. Salim Jah Peter produit à cette occasion un single en featuring avec le groupe touareg Toumast. Ils appellent le gouvernement et les rebelles à dialoguer et à se réconcilier dans l’intérêt général de la nation nigérienne. Salim Jah Peter organise la Caravane pour la Paix et la liberté de la presse, une tournée française sur laquelle plusieurs artistes franco-africains (Lyricson, le Petit Dernier, Manmane l’humoriste nigérien) sont réunis à ses côtés pour lutter contre les injustices, la violence, les guerres.