Événements

Carte blanche à Amiri Baraka
Amiri Baraka accompagne le contrebassiste William Parker pour un concert d’exception « Inside Song of Curtis Mayfield ». A l’occasion de sa venue à Pôle Sud, une carte blanche est proposée au poète engagé pour la libération du peuple noir américain.

Français

Amiri Baraka (de son vrai nom LeRoi Jones) est un intellectuel afro-américain né à Newark dans le New Jersey en 1934. À l’avant-garde d’une forme de théâtre engagé, LeRoi Jones s’est fait le chantre de la révolte des Noirs américains contre l’ordre, l’hégémonie et la culture blanche. Professeur, poète, critique musical et l’un des dandys les plus notoires de Greenwich Village, ses valeurs morales changent brusquement pour rejeter le fonctionnement actuel de la société nord américaine. Il se joint activement, par la littérature et par l’action, à l’idéologie de la révolution noire. Sa plus grande contribution au mouvement du Black Power est l’ouvrage Le Peuple du Blues, où il développe la thèse révolutionnaire que l’évolution du statut des Afro-américains a trouvé un écho dans les modifications de la musique noire. Sa lecture sociale et politique du blues et du jazz a eu une influence très importante dans le domaine des Popular Music Studies.

CARTE BLANCHE AMIRI BARAKA – MERCREDI 22 OCTOBRE 2008

Soirée présentée par Pôle Sud, le cinéma Star et la Fnac Strasbourg

Amiri Baraka accompagne le contrebassiste William Parker pour un concert d’exception « The Inside Song of Curtis Mayfield ». A l’occasion de sa venue à Pôle Sud, une carte blanche est proposée au poète, à l’homme militant, engagé, figure mythique des mouvements pour la libération du peuple noir américain.

17h au Forum Fnac : Rencontre avec Amiri Baraka autour de son œuvre littéraire

20h au Star : Projections / Rencontre :

20h00 : BLACK PANTHERS de Agnès Varda – 1968 – 28′ – VF
En 1968, les Black Panthers d’Oakland font des rallyes d’information sur le procès politique d’un de leurs leaders, Huey Newton, afin d’attirer l’attention des américains et de mobiliser les consciences noires.

(sous réserve) NOI INSISTIAMO (suite per la liberta subito) de Gianni Amico
Italie – 1964 – VO/OV – sans dialogues – 16′
Montage de photographies retraçant l’histoire des luttes émancipatrices afro-américaines, le film est articulé sur l’enregistrement du célèbre « We Insist ! Freedom Now Suite » que Max Roach a composé à partir d’un poème d’Oscar Brown Jr, interprété par Abbey Lincoln et accompagné par le saxophone de Coleman Hawkins.

21h : RENCONTRE/DEBAT avec Amiri Baraka

22h : LA BATAILLE D’ALGER / La Battaglio di Algeri de Gillo Pontecorvo – 1h30 – 1966 – Avec Jean Martin, Yacef Saadi…
En 1957, l’affrontement sanglant entre les paras du colonel Matthieu et les troupes du FLN dans la casbah d’Alger. Une reconstitution d’une bataille majeure vers l’indépendance algérienne contre le colonialisme français qui trouve son écho au mouvement révolutionnaire afro-américain formé aux États-Unis dix ans plus tard.

CONCERT – JEUDI 23 OCTOBRE 2008 A 20H30 A POLE SUD

WILLIAM PARKER « INSIDE THE SONGS OF CURTIS MAYFIELD »


ETATS-UNIS – SEPTET

Amiri Braka : Poésie, Voix
Leena Conquest : Voix et danse
Lew Barnes: Trompette
Sabir Mateen : saxophones alto et ténor
Darryl Foster : saxophones soprano et ténor
Dave Burrell : Piano
William Parker : Contrebasse
Hamid Drake : Batterie


Magie noire
C’est le premier projet total que le contrebassiste William Parker consacre à un autre musicien, en l’occurrence Curtis Mayfield, superstar de la soul dont les « protest songs »deviendront des hymnes du Black Power et du Mouvement des droits civiques dans les États-Unis des années 60. Dépassant largement le simple hommage, Parker le libertaire a construit une véritable œuvre de réappropriation de la culture black. « On ne peut contrefaire une musique, dit-il. On peut seulement en ramasser les fils et commencer à coudre une nouvelle tapisserie. » Pour cette performance poético-politique aux allures de work in progress, il a réuni autour de lui un activiste déclaré (Amiri Baraka, alias LeRoy Jones, poète qui fut l’initiateur du Black Arts Movement, auteur du célèbre Peuple du blues), une danseuse vocaliste (l’incroyable chanteuse soul Leena Conquest), un batteur ouvert à toutes les influences (Hamid Drake, partenaire des plus grands noms de la musique improvisée), trois cuivres et le pianiste Dave Burrell. Résultat : une paire rythmique au sommet du groove, de magnétiques chorus free-soul, des textes magnifiques écrits et slamés par Amiri Baraka en échos détournés à ceux de Mayfield, des jeux vocaux prolongés d'(é)mouvantes arabesques, et un band soudé autour d’un projet aussi engagé musicalement qu’intellectuellement. La magie noire est toujours vivante…