Événements

« Le village africain comme lieu de vies »
dans le cadre du cycle consacré au thème « Lieu et territoires de mobilisation des ressources futures »

Français

rencontre-débat

présentée par : Hervé Rakoto, Tanella Boni, Boniface Mongo-Mboussa,
et animée par Georges Courade

Parmi les lieux et territoires de mobilisation des ressources futures, les villages jouent un rôle capital. Lieux d’investissement premier d’une communauté humaine soudée par des liens sociétaux autant que résidentiels, les villages d’Afrique subsaharienne abritent encore plus de 50% de la population d’Afrique, au bas mot 500 millions de personnes. Aussi divers que les sociétés africaines et leur modalités de gestion du pouvoir ou d’accès au progrès technique, ils ne correspondent que rarement à l’image que l’on sen fait en France avec le modèle médiatique du village du Sahel, ses « huttes » (F. Aubenas), ses greniers et ses champs concentriques. Les Dieux ne s’y logent pas partout comme dans le village dogon inventé par Marcel Griaule et ils peuvent « tomber sur la tête » au Botswana.
Ce sont d’abord des espaces où l’on produit les denrées vitales pour vivre selon une mécanique encore ritualisée et des modalités agronomiques modernisées et normées. Le temps et l’histoire ne s’y sont pas arrêtés et les pluies rythment autant que les élites ayant un pied en ville ou l’Etat les vies et les jours des villageois, la santé des vieux et la scolarité des enfants. Ne règne pas nécessairement le consensus social entre aînés et cadets, hommes et femmes, jeunes et adultes. Des inégalités conséquentes se dissimulent derrière l’accès au langage, au patrimoine et au droit. Des conflits existent entre agriculteurs et pasteurs, migrants de retour, « étrangers » et autochtones. La ruralité s’y décline en cérémonies et croyances, mythes et ressourcements symboliques. Bien que mort en ville ou à l’étranger, on s’y fera porter en terres lors de funérailles grandioses parfois. La conservation des secrets, de l’histoire des clans et de la chefferie, des thérapeutiques et de la prédiction de l’avenir demeure dans certaines familles.
Les rapports à la « nature » n’ont rien de nécessairement naturel même si se trouvent mises en oeuvre des techniques locales qui préservent la fertilité ou la reconstitue. La recherche de bois de chauffe entraînera comme la vaine pâture une déforestation parfois prononcée. Les femmes y ont une place éminente malgré excision et mariages arrangés. La mondialisation y a ses représentants, ses mandataires et même ses prédateurs-rentiers. Ces villages sont aussi un territoire de départ, de refuge et d’ascension sociale.
Cette rencontre débat sera animée par Georges Courade, géographe, vice président de la Cade qui a publié l’Afrique des idées reçues (Belin). Elle sera introduite par Jean-Félix Bernard, conseiller régional, président de la commission des actions internationales et des affaires européennes. Un film (réalisé par Jean-Christophe Monferran, cinéaste CNRS accompagné par Emile Hatcheu, membre de la Cade au Cameroun) sur le village-chefferie de Bana dans l’ouest du Cameroun sera projeté en préambule surlignant les inégalités sociales, la réussite de quelques élites appuyées par les tontines, les funérailles au village, la confrontation Etat-village pour l’édification d’un marché et la gouvernance d’un village-Etat. Hervé Rakoto, géographe, professeur à l’université de Poitiers, chercheur à l’IRD présentera le territoire du village malgache. Tanella Boni, philosophe, écrivaine et essayiste, universitaire ivoirienne, nous montrera comment les valeurs du village continuent à alimenter pour le meilleur (et parfois le pire ?) l’imaginaire africain tandis que Boniface Mongo-Mboussa, universitaire et romancier évoquera le retour au village en Afrique centrale et les liens entre visible et invisible
Bibliographie :
– Boni, Tanella, Que vivent les femmes d’Afrique ?, collection CYCLO, éditions du Panama,,2008.
– Mongo-Mboussa, Boniface, L’Indocilité. Supplément au « Désir d’Afrique », collection Continents noirs, éditions Gallimard, 2005.
– Rakoto Ramiarantsoa, H., Thibaud, B., Peyrusaubes, D., Ruralités Nords-Suds : inégalités, conflits, innovations, collection Itinéraires géographiques, L’Harmattan (à paraître en novembre 2008)..

Vous pouvez vous inscrire par courriel endacade@wanadoo.fr ; ou par
téléphone au 01 43 48 14 67 ; Fax. : 01 44 93 87 50 ou dans le hall d’entrée le jour de la
rencontre-débat.