Événements

Dans le cadre de La Suite africaine
Lettre Ouverte A L’humanité en hommage public à Sony LABOU TANSI (Congo) > Carte blanche de Gabriel Garran

Français

Lettre ouverte à l’humanité se présente sous forme d’un florilège d’écrits, d’extraits de théâtre, d’entretiens, de poèmes et de documents visuels et sonores autour de Sony Labou Tansi.

avec
Serge AVÉDIKIAN, Léandre-Alain BAKER, Valérie DECOBERT, Koffi KWAHULÉ,
Jim ADHI-LIMAS, Aïssa MAIGA, Etienne MINOUNGOU, Marème N’DIAYE,
Criss NIANGOUNA, Modeste NZAPASSARA, Soazig OLIGO, Patrice PRAXO,
Nanténe TRAORÉ, Tadié TUENE, Bruno SUBRINI, Pierre VIAL, Marius YELOLO


C’est un peu à Brazzaville qu’est né le TILF, à la suite d’une rencontre mémorable avec Sony Labou Tansi. S’est imposée alors à Gabriel Garran, qui revenait d’un séjour à Montréal où il avait vécu la situation du français au Québec, l’idée qu’il  » manquait en France un instrument qui se consacre à la diversité des cultures de langue française  » et qui rende compte du  » phénomène des nouvelles littératures susceptibles de secouer notre francocentrisme « .

Depuis, l’Afrique n’a pas quitté le coeur de Gabriel Garran et il n’aura de cesse de faire connaître les auteurs du continent, auteurs d’ici et de là-bas. Il organise à Paris, comme en Avignon et en tournée internationale, des mises en scène qui font entendre des voix nouvelles. Homme d’intuition, il est l’un des premiers metteurs en scène français à avoir perçu l’émergence d’écritures africaines en rupture avec les habitudes esthétiques tant africaines qu’occidentales.

De Je soussigné cardiaque de Sony Labou Tansi qu’il monte à Chaillot en passant par Le Bal de N’dinga de Tchicaya U Tam’si, Bintou de Koffi Kwahulé, aux Griots de l’an 2000, il y a la détermination d’un homme convaincu à qui l’on doit de faire connaître les dramaturgies africaines contemporaines