Événements

Les Mardis de l’eau
Les Mardis de l’eau ont pour thème les enjeux de l’eau en Afrique de l’Ouest. Organisés en différents lieux du Val-de-Marne, ils convient le public à des rencontres-débats avec des invités. Cette année, le fleuve Niger sera au cœur des conférences.

Français

Les Mardis de l’eau pour la première fois à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration le 19 mai à 19h30

Soirée exceptionnelle dans un lieu chargé de sens. Participez à une rencontre-débat avec Ismaël Maïga, socio-linguiste et directeur du Centre d’études des langues et civilisations africaines, le GEPELA, à l’Université Paris 8

Thème de la conférence :
IMMIGRATION, IDENTITE ET DEVELOPPEMENT :VOYAGE ENTRE DEUX EAUX

Une personne partie de son pays, et pas encore arrivée à destination, telle est parfois la manière dont le migrant construit son identité. Le retour devient sa seule perspective, malgré ses enfants et les années passées ailleurs. Son développement individuel dans le pays d’accueil n’est alors perçu qu’à travers cette perspective, alors que le développement dans le pays d’origine, sans être une réalité objective, en devient l’enjeu. Quel est alors l’avenir des enfants d’immigrés ? Quelle place pour le migrant (futur) retraité ? Quelles perspectives pour le co-développement ?


« Djoliba, le grand fleuve »

Dans la langue bamanan, le fleuve Niger s’appelle « Djoliba » et signifie le grand sang. Comme son nom l’indique, il est comme le sang dans un corps. Il fait vivre les femmes et les hommes habitant le long de son lit, il donne même sens à leur vie. Les conférences que nous proposons cette année s’inspirent de la place du Djoliba dans les pensées, les représentations et les cœurs des population ouest-africaines. Nous partirons de cette place spécifique pour raconter l’histoire de ce fleuve, des peuples qui vivent grâce à lui, des divinités qui les lient, des pratiques sociales qui en découlent et de la singulière place de la femme, de la mère et de la fille dans le Djoliba. Le fleuve suscite plusieurs enjeux que nous proposons d’aborder aussi à travers la question générale de l’eau et de la mondialisation, de la géopolitique, des conflits et des crises autour de l’eau.