Événements

Le Départ de Christophe Colomb – Reprise
Une tragi-comédie sur la tolérance!

Français

La rencontre entre Victor Hugo et la fantaisie de la commedia dell’arte

Dans Torquemada, Victor Hugo a choisi une époque charnière, 1492, lorsque peuples et cultures entrent en conflit.
Le spectacle raconte comment Myriam, la cousine juive de Christophe Colomb, réussit à convaincre la très catholique reine Isabelle de Castille de soutenir le projet de celui que l’on nomme « l’illuminé » : atteindre les Indes par l’ouest.
Elle espère que ce nouveau monde sera la terre promise et aidée par Pulcinella, serviteur rusé et habile, elle use de sorcellerie afin de convaincre le Capitaine, le Roi et l’Inquisiteur. Grâce à la pression de ces trois personnages la Reine donne finalement son approbation à l’entreprise de Christophe Colomb. Bientôt, tous se retrouvent en mer avec leurs rêves de puissance, de richesse et de liberté.
Les comédiens aux origines multiethniques, interprètent à la fois la cour, les juifs errants et les mauresques, l’équipage et la foule. Pour raconter la guerre: des acrobaties et des tambours, et comme cadre aux passions des protagonistes, un palais peuplé de statues vivantes.
Aux ambiances musicales de l’époque : chants arabo-andalous et Juifs séfarades se mêle la musique latino, ô combien métisse, pour évoquer l’aboutissement de ce nouveau monde, avec ses sonorités nées de la rencontre des peuples, de leurs joies, de leurs oppressions et de leurs résistances.
La compagnie du Mystère Bouffe réussit ce pari stimulant : mêler tragique et bouffonnerie, tirades et pantomimes, acrobaties tant verbales que gestuelles, sur les thèmes toujours actuels du fanatisme religieux, de la colonisation et de la recherche d’une terre de liberté et de tolérance. Avec ce spectacle elle continue d’interroger l’histoire de l’humanité et la confrontation des peuples et des cultures.
Plus que jamais la Commedia dell’Arte est présente sur les scènes. Le public renoue avec ce grand art qui est à la source du théâtre européen. Un vent de modernité souffle sur cette forme populaire que la compagnie défend ardemment depuis 25 ans.