Événements

Forcalquier 2011 – « Une année, un cinéaste » 2011 : Johan van der Keuken (4/4)
Tout au long de l’année, quatre rencontres sont prévues, s’articulant autour de thèmes importants dans l’œuvre du cinéaste hollandais: Voyage (22-23 avril), engagement et politique (6-7 mai), poésie et expérimentations (9-10 septembre) et à l’Espace culturel Bonne Fontaine (16-17-18 décembre)

Français

Forcalquier 2011

L’Association La Miroiterie propose un nouveau festival sur Forcalquier.

« Une année, un cinéaste »
2011 : Johan van der Keuken


Tout au long de l’année, quatre rencontres sont prévues, s’articulant autour de thèmes importants dans l’œuvre du cinéaste hollandais: Voyage, engagement et politique, poésie et expérimentation…


Nous vous invitons à retrouver ou à découvrir le cinéaste Johan van der Keuken pour un quatrième et dernier temps !


À l’Espace culturel Bonne Fontaine
Vendredi 16 décembre
17h00

Big Ben/ Ben Webster in Europe, 1967 – durée 31′ – noir & blanc
La personnalité et le talent de Ben Webster, le saxophoniste américain
installé à Amsterdam, ont profondément marqué le cinéaste. Légende
vivante du jazz et du blues, c’est un homme violent et doux.

Temps/travail
1999 – durée 11′ – couleur
Montage effectué à partir d’extraits de ses propres films montrant les gestes répétitifs typiques de toutes sortes d’activités laborieuses rurales, artisanales, industrielles dans des contextes géographiques
différents.

On animal locomotion
1994 – durée 15′ – couleur
Ce film a été réalisé dans le cadre du projet Hexagon : six compositeurs néerlandais inspirent six cinéastes. Pour Johan van der Keuken et Willem Breuker, c’était l’occasion de prolonger une collaboration de longue date (une dizaine de films depuis 1967), en franchissant un nouveau pas ensemble. Le titre est emprunté à l’oeuvre d’Eadweard Muybridge, photographe et précurseur du cinéma. Le film est librement construit et totalement orienté vers le mouvement physique : l’animal en locomotion, c’est le cinéma.

Sarajevo Film Festival
1993 – durée 14′ – couleur – DVD
Sarajevo est en état de siège depuis presque deux ans. Le « Sarajevo Film Festival » se déroule malgré la guerre. Johan van der Keuken y est invité pour présenter deux de ses films. Il réalise alors ce court-métrage, interrogeant l’organisateur du festival et suivant une spectatrice dans sa vie quotidienne.

19h00
Apéritif offert par la mairie de Forcalquier

20h00
Repas


21h00
Vacances prolongées

2000 – durée 142′ – couleur
Le cinéaste Johan van der Keuken apprend en octobre 1997 que son cancer de la prostate se généralise et que son espoir de vie se limite à quelques années. Sur l’instigation de son épouse Noshka van der Lely, il décide de consacrer ce temps précieux qui lui reste au plaisir du voyage et, bien sûr, à filmer ce périple car pour Johan van der Keuken, filmer c’est vivre.
en présence de Stijn Van Santen (sous réserve)

À l’Espace culturel Bonne Fontaine
Samedi 17
journée en présence de Thierry Nouel

14h30
Johan van der Keuken
, 1999 – durée 52′ – couleur
Réalisé par Thierry Nouel
D’Amsterdam à Paris, un portrait du cinéaste hollandais Johan van der Keuken, qui évoque ses 40 années de cinéma et dont l’écriture
voyage entre social et intime. Au cours de ballades et de rencontres, il s’interroge sur l’image, le style, la construction d’un espace, la relation au réel. Il dialogue avec des étudiants de cinéma ou des amis de jeunesse, analyse sur sa table de montage le rythme d’une séquence, pour en approcher les mystères.

16h15
L’enfant aveugle
, 1964 – durée 24′ – noir & blanc
Le cinéaste a passé deux mois dans un institut spécialisé aux Pays-Bas. Ce film révèle un monde difficile à imaginer : la lutte continue de l’homme sans regard pour rester en contact avec la réalité. Johan van der Keuken dans une approche sensible qui refuse le pathos, rend compte d’un tel handicap au quotidien, trouvant des équivalences formelles, soutenues par une bande son inventive.

Herman Slobbe / L’enfant aveugle 2, 1966 – durée 29′ – noir & blanc
Au cours du tournage de son film L’enfant aveugle, Johan van der Keuken remarque un jeune garçon, Herman Slobbe, auquel il consacre deux ans plus tard L’enfant aveugle 2.
Il renverse complétement l’image préconçue qui fait apparaître les aveugles comme des êtres introvertis. Herman devient le reporter du film, change de rôle, n’est plus « objet ».

18h30
L’entretien
, 2001 – durée 38′ – couleur
Réalisé par Thierry Nouel
Pendant le tournage du film intitulé « Johan van der Keuken », quatre longs entretiens furent enregistrés par Thierry Nouel, jalonnant les différentes étapes de la vie et de l’oeuvre du réalisateur hollandais. Johan van der Keuken analyse les relations entre art et réalité, morale et politique, donne sa conception des échanges et des conflits entre intériorité et monde extérieur.


Derniers mots, 2002 – durée 30′ – couleur
Réalisé par Stijn van Santen
Tout autour d’une belle et solide maison andalouse, les collines sont inondées par le soleil hivernal de ce mois de décembre 2000 très spécial. Très spécial, parce que dans cette bâtisse qui paraît si sereine, se joue l’acte final de la vie d’un homme, celle du cinéaste néerlandais Johan van der Keuken. Pour l’accompagner dans son dernier voyage, sont réunis autour de lui sa femme Nosh et ses fils, dont l’un, devenu cinéaste, recueille les derniers mots de son père, qui avait filmé lui aussi les derniers mots de sa soeur Joke. Acte d’amour, acte de foi, ce film de trente minutes constitue un témoignage bouleversant sur Johan, qui se livre avec la plus grande des lucidités. Il mourra deux semaines plus tard.
en présence de son fils Stijn Van Santen (sous réserve)

20h00
Repas


21h00
Cuivres débridés, à la rencontre du swing, 1993 – durée 106′ – couleur
Cuivres débridés est né de la rencontre du cinéaste avec l’anthropologue Rob Boonzajer Flaes. Les instruments à vent sont venus d’Europe, avec les armées, les marchands et les églises pour se répandre dans le monde entier. Ils ont conquis les terres, asservi les peuples. Face aux tam-tams, ils ont loué le Dieu unique. Mais les peuples se sont libérés. Ils se sont détachés de leur passé colonial pour retrouver leurs propres rythmes. Van der Keuken a promené sa caméra au Népal, au Surinam, dans la péninsule de Minahassa, au Ghana pour capter les mutations étranges que les cultures locales ont exercé sur les flonflons des bonnes vieilles fanfares coloniales…

23h00
Concert surprise (sous réserve)

Dimanche 18
14h00
Amsterdam global village
, 1996 – durée 229′ – couleur
Johan van der Keuken dresse un portrait de la ville dans laquelle il vit, Amsterdam, et des gens qui y habitent. Les cercles paisibles des canaux de la vieille cité lui inspirent une construction en mouvements latéraux à travers les saisons, à travers le temps, mouvements interrompus par une série de rencontres illustrant l’idée du métissage très présente à Amsterdam. Lors de ce tour du monde effectué dans sa propre ville, il rencontre des gens de tout âge, venant des quatre coins de la planète… Il retourne aux origines lointaines de certaines de ces rencontres. Ainsi il suit l’homme d’affaires tchétchène Borz-Ali dans Grozni en guerre. Il accompagne Roberto dans son village natal, en Bolivie, voir sa mère qui le croyait mort. La caméra suit une femme juive et son fils qui retournent dans la maison où elle le retrouva à la fin de la guerre après trois années de séparation… Le cinéaste a assemblé, de façon très personnelle, des questions majeures du fin de siècle dans un patchwork passionnant.

en présence de Thierry Nouel, Pascal Privet et Aurélien Py

18h30
Pot offert par la Miroiterie pour la clôture du festival


N’hésitez pas à consulter le programme !

Les rencontres et les débats se prolongeront autour d’un verre, d’un repas.

La Miroiterie souhaite permettre à un large public de rencontrer l’œuvre d’un très grand cinéaste, peu diffusée, mais reconnue dans le milieu du cinéma par de multiples prix et rétrospectives dans le monde entier.
Ce cinéaste du réel a développé, film après film, une écriture cinématographique unique et magnifique, maîtrisant parfaitement l’image, le son, le montage ainsi que les sujets traités. La programmation répartie sur quatre weekends de l’année 2011 vous permettra de vous familiariser avec le travail du cinéaste, pour finir par un temps fort à l’Espace culturel Bonne Fontaine.

Précédents rendez-vous :
– 22-23 avril
– 6-7 mai
– 9-10 septembre


Venez découvrir ce festival rare et exceptionnel !

Billet séance : 3€
Pass weekend : 10€
Pass pour l’année : 35€

LA MIROITERIE : Collectif de personnes travaillant autour de l’image sous toutes ses formes (cinématographique, photographique, vidéo, audiovisuelle et multimédia), la Miroiterie met en relation les acteurs de l’image avec les publics, sur un territoire à prédominance rurale. Par un programme d’expositions, de projections, d’ateliers, de rencontres, de causeries, la Miroiterie donne accès sur ce territoire à l’image dans toute sa diversité. Elle crée des espaces de réflexion
sur son sens, sa place dans notre monde et sa qualité comme vecteur culturel possible.
La Miroiterie c’est Myriam Blaustein, Xavier Claessens, Marion Coste, François-Xavier Emery, Yann Magnan, Jean Sablé, Serge Senet, Selva Tachdjian et Lola Contal, notre stagiaire passionnée.
Association La Miroiterie, 13 boulevard des Martyrs, 04300 Forcalquier

La librairie La Carline vous propose à l’occasion d’Une année, un cinéaste des livres sur Johan van der Keuken et les coffrets de ses DVD.

Pause gourmande avant et après les séances : boissons, plats divers, desserts.

Pour tous contacts :
La Miroiterie – 06 15 31 00 01 ou 04 92 75 05 28 – contact(@)lamiroiterie.org – www.lamiroiterie.org