Événements

Hommage à Dieudonné Kabongo Bashila
Deux rencontres consacrées au comédien belgo-congolais Dieudonné Kabongo Bashila décédé sur scène en octobre dernier.

Français

Le dernier voyage de Dieudonné, par Denis Mpunga

Non ! « Le baobab n’a pas bougé, c’est la terre qui s’est déplacée. »
Tu as débuté ton voyage dans la province du Katanga en RDC, à Jadotville (actuellement Likasi), ta ville natale. Il s’est brutalement achevé à Bruxelles, dans cette Belgique devenue ta seconde patrie.
En 1972, tu débarques en Europe, des rêves plein la tête, en compagnie de quelques amis congolais, pour étudier puis retourner construire le pays.
La suite est un ouvrage qui s’est écrit presque tout seul, comme dans la vie de personnages de roman ne saisissant pas toujours ce que leur veut l’auteur.
À l’instar de bien des étudiants africains débarqués en « métropole », tu entretiens avec tes pays d’origine et d’accueil des rapports complexes, mêlés, à la fois, de fierté, de révolte et parfois de désespoir…
Et, à ton insu peut-être, bien malin qui pourra le dire maintenant, tes actes et tes paroles de culture, d’art et d’engagement social sans concession, ton sens du partage, modèlent ton destin, celui de tes proches, amis, parents, partenaires de scènes ou simples compagnons d’instants éphémères.
Oui, tu as semé, de toute ta générosité, pour des récoltes éternelles. Et la mémoire de tous tes combats se perpétuera en nous, encore et encore, inlassablement…
À tes heures de grand « blues », que de fois ne t’avons-nous surpris fredonnant « Mokolo nakokufa », le classique de Tabu Ley, l’autre géant de la culture congolaise, le jour où je mourrais, qui se souviendra ?
Oui, la puissance de ton humour ne taisait pas toujours toutes les tragédies dont tu voulais, coûte que coûte, préserver les tiens afin de ne leur réserver que tes généreuses convictions d’un monde meilleur.
Non, Dieudonné, ne regrette rien, tu as donné, au monde entier, le meilleur de toi.
Jusqu’à ce jour désormais fatal du 11 octobre, où tu tires ta révérence, sur scène, pour de bon, sans blague ! C’est bien la seule fois où tu ne nous auras pas fait rire…
Oui nous nous souviendrons de toi, à jamais.
Alors, repose en paix, et n’oublie pas que « nous sommes de l’étoffe dont les songes sont faits et notre petite vie est entourée de sommeil » (William Shakespeare).

Ton frère et ami. Denis Mpunga.

*****************************************************************

Projection – Lumumba de Raoul Peck
Vendredi 16 décembre, à 20 h 30


Dieudonné Kabongo Bashila y joue le rôle de Godefroid Munongo.

Prix Paul Robson de la diaspora Fespaco 2001

Projection suivie d’une rencontre avec les amis de Dieudonné Kabongo