Événements

La porte des larmes, retour en Abyssinie
De Jean-claude Guillebaud / Photos de Raymond Depardon / Projet de Dido Lykoudis En présence des auteurs… « Aucun ailleurs, nulle partie du monde, aucun lieu ne compta dans ma vie autant que celui-là… »

Français

« A travers un long périple dans la corne de l’Afrique, la Porte des Larmes chante et pleure le retour en Abyssinie ; ce spectacle témoigne de toutes les émotions qui balancent entre la volonté de se perdre dans ces terres d’une écrasante beauté et le besoin viscéral de témoigner des misères, des désespérances, des fléaux vécus dans le silence. »
Dido Lykoudis

D’origine gréco-éthiopienne, Dido Lykoudis est née à Addis-Abéba, en Ethiopie. Diplômée de l’Institut d’Etudes Théâtrales (Paris III), de l’Université Internationale du Théâtre (Théâtre des Nations)


« A chacun son initiation. La mienne fut éthiopienne. Et cruelle : le monde était effectivement méchant. On pouvait y mourir au pied des maisons où festoyaient les riches. Pendant dix années au moins, cette corne fut, pour moi, le canton privilégié d’une géographie personnelle, quelque chose comme un secret personnel, u lieu fondateur où je reviens sans cesse. Dix fois, quinze fois… Aucun ailleurs, nulle partie du monde, aucun lieu ne compta dans ma vie autant que celui-là. J’ai toujours su qu’un jour je repartirais vers l’Abyssinie. »
Jean-Claude Guillebaud


«  Longtemps après ma première visite en Ethiopie, j’ai gardé une joie douce et un peu mystérieuse en pensant à ce pays unique, pudique et mélancolique. Aujourd’hui, en remontant la route historique, ma nostalgie a disparu. J’ai découvert un pays en paix, un pays nouveau, enfin débarrassé de son passé douloureux.« 
Raymond Depardon