Événements

On t’appelle Vénus
Dans ce solo chorégraphique, Chantal Loïal, chorégraphe guadeloupéenne rend hommage à Saartje Baartman, jeune sud-africaine qui fut montrée dans les cours d’Europe comme une bête de foire au début du XIXe s.

Français

Note d’intention :
L’envie de créer ce solo m’est venue à la lecture de l’ histoire de Saartjie Baartman de son vrai nom Sawtche, qu’on appela de façon antinomique la Vénus Hottentote et dont le physique caractéristique fit la célébrité : une histoire qui à elle seule, résume tous les abus et les tragédies du colonialisme et de l’affrontement de deux mondes.
Vendue, elle devient bête de foire du fait de sa morphologie hors du commun.
Ce solo chorégraphiqueest conçu comme un téléscopage entre différents mondes; le monde du colonialisme d’hier et le monde d’aujourd’hui.
Ce projet se veut une ode à la féminité et au-delà l’ode d’une femme noire à toutes les femmes.Etant issue moi-même d’une société antillaise aux clivages prégnants, engendrée dans une violence historique et une violence sur les corps, j’ai un rapport intime avec la question du métissage qui y est posée à chaque instant.