Événements

Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis 2013
Festival de danse contemporaine et des émergences chorégraphiques, dans 11 lieux en Seine-Saint-Denis.

Français

Cette édition 2013 accueillera les projets de 23 compagnies (dont 10 créations) et représentera 15 pays. Dirigé par Anita Mathieu, le festival propose une programmation éclectique, avec cette année plusieurs projets portés par des chorégraphes africains, dressant un état des lieux de la danse et du monde, perçus depuis ce continent. À noter:


MOZAMBIQUE
PANAIBRA GABRIEL CANDA / Time and Space : The Marrabenta Solos
Mardi 14 et mercredi 15 mai 2013, 19h30, MC 93 de Bobigny
Soirées d’ouverture
Pièce pour 1 danseur et 1 musicien – 6O min.

La marrabenta est une forme musicale née dans les années 1950 d’un mélange d’influences locales et européennes, portant l’histoire complexe du Mozambique. En intitulant sa pièce The Marrabenta Solos, c’est bien cette histoire que Panaibra Gabriel Canda veut interroger et incarner.


AFRIQUE DU SUD
THABISO HECCIUS PULE & HECTOR THAMI MANEKEHLA / Penis Politics
Du mercredi 22 au vendredi 24 mai 2013, 20h30, Le Colombier à Bagnolet
duo – 30 min.

Les représentations archaïques ne sont pas réalistes mais elles ont la peau dure, et parlent un langage idéologique parfois fait pour masquer une réalité singulièrement plus contrastée. Ainsi de l’importance accordée au pénis, le plus souvent magnifié en phallus, que les sociétés instituent. Comme si elles transmettaient le lointain souvenir de l’homo erectus. Se saisissant de cette problématique, prégnante en Afrique du Sud, où les femmes sont souvent maltraitées et subornées, Thabiso Heccius Pule et Thami Hector Manekehla, se lancent dans une performance où ils se convertissent en pénis et imaginent ses mouvements comme ses pensées.


SÉNÉGAL
FATOU CISSÉ – Compagnie 1er Temps / Regarde-moi encore
Mercredi 5 et jeudi 6 juin 2013, 20h au Laboratoires d’Aubervilliers.
solo – 35 min.

En 1960, le Sénégal gagne son indépendance. Des femmes, des hommes, se sont battus pour aboutir à des résultats qui émeuvent tout le pays. Aujourd’hui, les hommes (le sexe fort) demeurent encore les seuls maîtres à bord et ramènent les femmes vers un regard tout à fait éloigné des réalités.


AFRIQUE DU SUD
BOYZIE CEKWANA / In case of fire, run for the elevator création
Vendredi 7 et samedi 8 juin 2013, 19h30, Le Forum du Blanc-Mesnil
trio – 60 min.

« Si nous devions nous lever, au bord de la perte, devant le ronflement assourdissant de ces politiques de commodité, de ces vanités sournoises d’une élite lunatique, fétide, quelle danse danserions-nous ? Et quel théâtre jouerions-nous ? »
Partager :