Événements

J’ai arrêté de croire au futur
Andréya Ouamba / Cie 1er Temps

Français

Quand la danse se fait arme pour dénoncer la violence dictatoriale… 



Le titre, provocateur, sonne comme une déclaration sans appel. Il vise les élites politiques (africaines), les « soi-disant prophètes » et leurs fausses promesses.



Dans cette pièce à la fois énergique et engagée, danse, musique et théâtre se mêlent. 



En s’appuyant sur de réels discours de dictateurs africains, Andréya Ouamba écrit un ballet où les interprètes deviennent tour à tour soldats dans une marche militaire, assassins dans un pas de deux qui écrase l’autre au sol, prisonniers ou encore résistants.



Andréya Ouamba réunit sur scène une équipe aux origines multiculturelles, aux disciplines artistiques complémentaires et travaille la notion de grotesque, de simulacre. Il sensibilise ainsi, par la création, les spectateurs et les invite à réléchir à leur condition de citoyens.



« Ce constat désespéré de la part d'un artiste déterminé et solide, sera-t-il balayé par l'énergie de la danse ? Parions-le, tant il nous a épatés par sa capacité à articuler lucidité, rage et désir de vivre dans son spectacle Sueur des Ombres. » Télérama