Événements

Festival du film africain de Cologne 2018
Thème central : Migration interafricaine

Français

Le festival du film africain de Cologne est le plus grand événement consacré au cinéma africain contemporain en Allemagne.



Le thème de la migration est omniprésent dans la politique et les médias allemands. Mais les destins personnels et les réalités qui se cachent derrière ce mot sont peu connus. La 16ème édition du Festival du Film africain de Cologne met en lumière les personnes concernées, les lieux et les impacts des migrations interafricaines : des camps de réfugiés gigantesques, des parcours épuisants pour prendre la fuite, des tensions entre les pays frontaliers, mais aussi la résistance contre les origines politiques de la fuite des populations.

 

Le thème central du festival (soutenu par le Fond TURN de la Kulturstiftung des Bundes, la Fondation culturelle de la Fédération) se consacre aussi à la situation au Sahara occidental. Suite à l’occupation du territoire par les troupes marocaines en 1974, une grande partie des Sahraouis qui vivaient sur place ont été chassés vers l’Algérie. Malgré une large censure des médias, nous projetons des courts-métrages et des documentaires sur le sujet, ainsi que le film de fiction APATRIDE.

 

Lors de cette nouvelle édition, le festival présente à nouveau des perspectives variées : de nouveaux films d’art et essai de célèbres réalisateurs arabes (VOLUBILIS, RAZZIA), des premiers films comme MAKI‘LA sur la jeunesse de congolaise et l’histoire de « coming of age » DJON ÁFRICA du Cap Vert, mais aussi le spectaculaire film FIVE FINGERS FOR MARSEILLES, qui aborde des thèmes post-apartheid avec de nombreuses références à la pop-culture, sous des allures de western.

 

Les courts-métrages sont eux aussi tout aussi divers que leurs pays d’origine : le programme African Shorts entreprend un voyage à travers le continent, d’autres programmes de courts-métrages se consacrent à la diaspora africaine, à des démarches artistiques expérimentales et à « l’afro-futurisme ». Les éléments de science-fiction de ce dernier genre, mais aussi le programme de réalité virtuelle présenté à la bibliothèque centrale de Cologne, font voler en éclat le vieux cliché d’une Afrique homogène et en retard sur le reste du monde.

 

Parmi nos coopérations, nous aimerions citer ici la double lecture de Sami Omar et Dr. Marion Kraft à la bibliothèque centrale (17.9, à 19h) et la collaboration renouvelée avec le Musée Ludwig (BAMAKO le 18.9, à 19h).

 

Mentionnons pour terminer la projection de deux grandes œuvres qui ont marqué l’histoire du cinéma : KADDU BEYKAT de Safi Feye est le premier film d’une réalisatrice africaine. Avec  SHAIHU UMAR (Réalisation : Adamu Halilu), nous montrons le premier film nigérian, que l’on croyait disparu, dans une version restaurée. Un exemple précoce d’un langage cinématographique véritablement africain.

 

Plus d’une vingtaine d’invités seront présents pour participer à des discussions avec le public.




Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications