Événements

La traite des esclaves
 » Une page sombre dans l’histoire de la France et des Pays-Bas

Français

Les débats autour de la mémoire de l’esclavage, de la traite négrière et de leurs séquelles les plus actuelles n’ont jamais été aussi âpres que ces derniers mois, en écho à une actualité largement relayée par les grands médias nationaux. Si ces questions sont familières depuis longtemps aux historiens et aux militants des associations, le grand public ne les a véritablement découvertes que depuis peu d’années : en 1998 les commémorations du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises furent, pour beaucoup, un point de départ, puis, en mai 2001, le vote de la loi qualifiant la traite négrière et l’esclavage de crime « contre l’humanité » donna un nouvel élan aux débats en cours. Aux Pays-Bas l’intérêt porté à l’histoire de la traite des Noirs et à l’esclavage est également récent. La communauté noire néerlandaise, composée en grande partie de Surinamiens et d’Antillais (500 000 personnes) en est la force motrice.
La forte revendication des communautés noires pour la reconnaissance de la tragédie de l’esclavage conduit à s’interroger sur le rôle historique que la France et les Pays-Bas ont joué dans cette tragédie humaine. L’implication de ces deux pays dans la traite des esclaves est considérable et étroitement liée à l’essor économique des XVIIe et XVIIIe siècles.
Débat sur la présentation et l’interprétation de la réalité de l’esclavage et de la traite des Noirs.

Intervenants : Françoise Vergès, politologue, vice-présidente du Comité pour la mémoire de l’esclavage, Piet Emmer, historien, auteur de De Nederlandse slavenhandel 1500-1850 (Les Pays-Bas et la traite des Noirs, 1500-1850, éditions Karthala, 2005) et Olivier Pétré Grenouilleau, historien, auteur de Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, 2004.
Modérateur : Christophe de Voogd, historien, Institut d’Etudes Politiques à Paris «