Événements

Fou, Fun & Folies
Pour la 1ère fois à Paris, une création commune des Compagnies de théâtre de rue Acidu, des échassiers de Friche Théâtre Urbain et de Toups Bebey & le Spirit Pan-African Brass Company (la fanfare africaine)

Français

à 15h00
à la Fête des vendanges de Bagneux 2002
En déambulation du Rond-Point des Martyrs de Châteaubriand à
l’avenue Henri Barbusse.
Marquez le pas ! Et en fanfare avec Le Spirit Pan African Brass Company, la dernière fantaisie du Camerounais Toups Bebey, saxophoniste intrépide et amoureux des parades de rue depuis sa tendre enfance. Ce défricheur de sons, multi-instrumentiste mais aussi compositeur-arrangeur, chef d’orchestre et leader des fameux groupes à sensation Paris Africans pétri d’ethno-jazz et du Technoïde PACT a depuis 4 ans rassemblé une fanfare africaine toute d’audace.

Cette fanfare présente aujourd’hui une véritable parade de rue grâce aux concours de la compagnie internationale d’échassiers FRICHE Théâtre Urbain et à la maîtrise scénographique de la Cie ACIDU. La parade FOU FUN & FUNÈBRE FOLIES’sera composée de la clique du Spirit, douze musiciens pleins d’énergie et de spiritualité comportant essentiellement des cuivres de tous gabarits mais aussi toutes sortes de percussions, de douze comédiens-danseurs de la Cie ACIDU, et de huit échassiers-danseurs de la Cie FRICHE Théâtre Urbain.

Le Spirit Pan African Brass Company c’est l’expression populaire des fanfares noires (trop rares sous nos latitudes) accompagnant les carnavals, les parades, les défilés, les fêtes de quartier et tous les moments importants de la vie sociale. Né en 1998, année du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage, cet orphéon noir n’oublie pas de recréer le lien trop piquant de l’Afrique avec la Caraïbe.

FOU FUN & FUNÈBRE FOLIES’défile en multipliant les pas de danse. Le répertoire tant mélodique que rythmique de ces black boys se déploie à vous en faire perdre le souffle dans tous les standards de la tradition du makossa des origines, du high-life, du soukouss agité, du mbaqanga, jusqu’aux biguine, soca et calypso et autres funqueries du early jazz dans l’esprit marching band. On découvre aussi des compositions originales pleines de couleurs et de pulsations bien senties donnant des ailes à l’euphorie. Un cocktail étonnant, détonnant qui s’adonne et s’abandonne à la possession libératrice. Effervescent et envoûtant.

Il ne vous reste plus qu’à suivre « en première ligne » ces planteurs de groove des Bois Sacrés et leur cortège dans sa descente en ville.