Evénements récurrents

Festival Le monde des griots

Français

Les maîtres de la parole en Afrique de l’Ouest

Musiciens, chanteurs, conteurs, généalogistes, danseurs, amuseurs publics… les griots étaient jusqu’à récemment des acteurs essentiels à tout événement public dans de nombreuses sociétés d’Afrique occidentale. « Sacs à paroles », « maîtres du verbe », ils étaient les gardiens de la tradition, comme en témoigne la célèbre phrase de l’écrivain malien Amadou Hampaté Bâ : « Lorsqu’un griot meurt, c’est une bibliothèque entière qui brûle ».

Mais la situation change, et le statut des griots est aujourd’hui remis en cause par les problèmes économiques et les impératifs de la mondialisation. Il est de ce fait de plus en plus difficile pour un griot de vivre de son art, d’autant plus que les engagements se font rares et que les goûts du public changent.

De nombreux musiciens africains se sont ainsi tournés vers des expressions résolument actuelles et urbaines, s’ouvrant aux nouveaux marchés créés par le courant de la world music interculturelle, dont l’Afrique a effectivement fourni certains des ingrédients les plus vivifiants. D’animateurs socioculturels qu’ils étaient, les griots se sont ainsi mués en artistes professionnels, rompus aux techniques de la scène internationale et aux enjeux de la modernité.

De réaliser un festival sur « le monde des griots » à Genève implique qu’on s’inscrit dans cette transculturalité nouvelle. Il ne s’agit ainsi pas de préserver les dernières bribes de traditions moribondes, mais de tracer une nouvelle voie et développer des débouchés inédits pour les tenants actuels de la grande tradition des griots. Parmi ceux-ci, certains affirment des démarches profondément originales, qui rénovent l’esthétique de leur tradition musicale sans pour autant lui tourner le dos.

C’est prioritairement à ces « nouveaux griots » et à leurs réalisations qu’est consacrée notre programmation. Grandes voix, large panoplie instrumentale, danse, contes pour petits et grands : ce panorama sera complété par une conférence, des films, des stages d’initiation pratique et de la cuisine africaine… En cherchant un équilibre entre tradition et création et en évitant les productions du tout-venant commercial, c’est à une image valorisante et diversifiée de cette immense champ culturel qu’est consacré ce festival, avec des artistes issus des principaux pays d’Afrique de l’Ouest et de leurs diasporas.

Laurent Aubert



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications