Evénements récurrents

Festival international des programmes audiovisuels de Biarritz (FIPA)

Français

HISTORIQUE

2009
Le 12 juin 2009, Teresa Cavina, succède à Pierre-Henri Deleau, en tant que Déléguée Générale du Fipa.

Le 9 mars 2009, le bureau de l’association du Fipa, composé du CNC, des sociétés civiles Adami, Sacd, Sacem, Scam et Procirep, et de la ville de Biarritz, a élu Olivier Mille à sa présidence, pour un mandat de trois ans. Il succède ainsi à Caroline Huppert.

Pierre Henri Deleau, Délégué Général de 1987, date de la création du Festival, à 2009, sa 22ème édition.

2006
Le 4 juillet 2006, Caroline Huppert, metteur en scène, réalisatrice et scénariste française, succède à Yamina Benguigui, en tant que Présidente du Fipa.

2005
Le Fipa ouvre ses écrans aux écoles internationales d’audiovisuel dans le cadre de la programmation Jeune création.

2004
Le Jury des Jeunes Européens s’ouvre aux représentants des 10 nouveaux pays adhérents à l’Union Européenne.

Le Fipatel relève le défi de l’innovation technologique : plus de 600 programmes disponibles sur un serveur numérique. Abandon de l’usage des cassettes VHS.

2003
Le 17 juin, Yamina Benguigui, réalisatrice, productrice et écrivain française, succède à Marie-France Pisier, en tant que Présidente du Fipa.
« Il y a quelque temps, ma route a croisé celle du FIPA, lorsque les membres du jury décernèrent le prix Michel Mitrani à mon documentaire « Mémoires d’immigrés, l’héritage maghrébin ». Aujourd’hui un autre honneur m’est fait, celui d’en être nommée présidente pour une durée de trois ans. »
Extraits de l’edito de Yamina Benguigui. 2004

2002
Création du Jury des Jeunes Européens ouvert aux représentants des 15 pays membres de l’Union Européenne.

1999
Le Fipatel se développe et devient une sélection à part entière, un marché sélectif riche d’une centaine de programmes venus de plus de 30 pays.

1997
Le 28 janvier, les membres du conseil d’administration élisent Marie-France Pisier, comédienne et romancière française, à la Présidence du FIPA.

Bernard Chevry, Vice-Président de l’association, assure par intérim la présidence de la 10ème édition du FIPA dédiée à Michel Mitrani.
« Cette 10ème édition, la dernière de Michel Mitrani, nous ouvre des horizons et nous crée des obligations. Il faudra poursuivre sa route, ouvrir de nouveaux chemins, inventer des stratégies inédites, développer une économie de la manifestation, faciliter davantage le travail des créateurs, s’incrire dans une modernité technologique sans cesse en évolution. Bref, prendre le pouls du temps et tenter d’impulser quelques orientations.
A nous d’inventer. De loin, tout là-haut sur son petit nuage, Michel Mitrani nous suit du coin de l’œil, ironique et tendre. Il nous appartient de ne pas le décevoir. »

Extraits de l’edito de Pierre-Henri Deleau. 1997

1996
Le 9 novembre, décès du Président-Fondateur Michel Mitrani.

Le FIPA s’installe à Biarritz.
« En accueillant le FIPA du 16 au 21 janvier, Biarritz va devenir pour quelques jours le centre de la production audiovisuelle mondiale.
Autour d’une sélection exigeante de programmes venus des cinq continents, les principaux acteurs du marché de l’audiovisuel vont se retrouver en Pays basque, pour une confrontation pacifique et stimulante, dont le véritable enjeu est de servir une télévision de qualité, plus inventive et plus attrayante. En fait, la rencontre du FIPA et de Biarritz n’est en rien fortuite. Elle est au contraire le rendez-vous naturel entre un grand événement culturel, à la fois contemporain et tourné vers l’avenir, et une ville forte de sa notoriété et de son identité… »

Extraits de l’édito de Didier Borotra. 1996

1995
Départ de Cannes. La ville de Nice accueille le FIPA pour sa 8ème édition.

1993
Ouverture du Fipatel.

1990
La 4ème édition du fipa n’aura pas lieu en octobre mais en janvier 1991.

1987
Michel Mitrani, réalisateur et grand nom de la Radio Télévision Française, fonde l’association du Festival International de Programmes Audiovisuels. Pour la première fois, le FIPA a lieu du 15 au 16 octobre, à Cannes ; c’est l’édition zéro, la préface d’une longue aventure.
« Que faisons-nous en cette fin du XXe siècle du langage audiovisuel ?

Il ne s’agit pas d’anticiper le jugement de l’histoire, si même un festival y contribue, mais d’installer à l’usage de la communauté internationale un observatoire qui capte et compare les manifestations les plus élaborées de ce langage dans tous les genres, par une sélection véritable et indépendante. Un festival ne peut être assimilé à un salon d’exposition. […]

La concentration des regards venus de toutes les parties du monde, à l’intérieur d’un festival, permet des phénomènes de notoriété pour certains films dont l’audience ne serait pas forcément acquise par une sortie normale, même avec une publicité fracassante. Le désaccord peut d’ailleurs se révéler aussi productif que l’accord. Les tensions dévoilées à l’intérieur du film divisent les spectateurs en deux camps. Et l’on sait aussi bien combien un parfum de scandale peut être utile à la carrière d’un film. En tous cas, la qualité du regard donné à l’œuvre lui transmet son espérance de vie. Il ne saurait y avoir une fatalité d’origine ou de destination, source d’anathème. L’attention portée aux films cinématographie doit pouvoir être retrouvée pour les téléfilms, cette appellation étant conservée comme moyen d’identification. La proposition en est faite, et tous les moyens devront être réunis pour leur donner toutes les chances. C’est dans cette perspective que s’incrit le Festival de l’Audiovisuel. »

Extraits de l’édito de Michel Mitrani. 1987


L’EQUIPE

Direction

Olivier Mille, Président
Bernard Chevry, Vice-Président
Teresa Cavina, Déléguée Générale
Jean-Michel Ausseil, Secrétaire Général

Administration
Valérie Louis, Administratrice, Comptable
Lucie Pacific, Assistante du Secrétaire Général
Doriane Raffalli, Coordination logistique
Martine Scoupe, Chargée de Projet

FIPA (Paris)
14 rue Alexandre Parodi – 75010 Paris
Fax : +33 (0)1 4489 9960
[email protected]