Fiche Film
Cinéma/TV
MOYEN Métrage | 2012
Marcel Manville, d’homme à hommes
Pays concerné : Martinique
Durée : 54 minutes
Genre : portrait
Type : documentaire

Français

1976. Un homme revient en Martinique après 3 décennies de vie en France. Il a 54 ans et une idée en tête : défaire son île natale des chaines du colonialisme. D’où vient-il ? Qu’a-t-il vécu dans l’exil pour être aussi déterminé, aussi certain que l’indépendance doit être ? Cet homme, c’est Marcel Manville, avocat et co-fondateur du MRAP.
Dans ses valises : une expérience de la seconde guerre mondiale, une participation à libération de l’Algérie, une carte du parti communiste, un réseau international, toutes les ficelles qu’il tira pour fédérer les jeunes anticolonialistes révolutionnaires antillo-guyanais et sa robe d’avocat. Dans la lutte anticolonialiste, s’il fallait retenir un seul nom, ce serait celui de Marcel Manville.
Plus qu’un avocat, c’était un homme engagé dans l’un des plus grands combats du XXème siècle : le droit des peuples colonisés à disposer d’eux-mêmes. Remontant ses manches, Marcel va initier des actions de toute nature pour faire valoir ce droit à la Martinique. Par les armes, par des batailles judiciaires, des combats pour la terre, des revendications et autres actions de conscientisation, Marcel Manville sera le fer de lance de cette lutte en Martinique.
Ce film brosse le portrait sensible de cet homme dont le parcours reflète les grandes interrogations qui secouent les Antilles depuis les années 40.

Un film de Véronique KANOR

Martinique, 2012, Documentaire, 54 min

Prod : Les productions de La Lanterne



NOTE DE L’AUTEURE
A travers le portrait de Marcel Manville, avocat-militant, le film revient sur la tentative de la Martinique à devenir indépendante.
Malgré un mouvement général assimilationniste, à grands coups de réflexion, de mouvements politiques, de missions éducatrices et d’actions armées, Marcel Manville cherchera à décoloniser son île natale en s’inspirant de l’expérience de l‘indépendance algérienne.
Avec une robe d’avocat comme bouclier, le droit comme arme et le verbe comme allié, Marcel Manville a dénoncé toutes les injustices faites à l’homme et en particulier à l’homme en situation de colonisation et de post-colonisation.
Marcel Manville utilisera la barre pour défendre la cause anticolonialiste. Toutes les occasions seront bonnes, pour lui, de dénoncer les pouvoirs en place. Peu d’hommes autant que lui n’est resté si fidèle et si passionné à la cause des peuples discriminés.
Marcel Manville, témoin privilégié, a laissé trace de son engagement dans un livre : Les Antilles Sans Fard : « Entre le chien et le loup, le colonisé a un choix à faire. Mais sachons en même temps que l’on ne gouverne pas une nation qui sort des ténèbres avec nos rêves, qu’il faut sans cesse accorder les ambitions de nos peuples à leurs moyens, de veiller comme à la prunelle de nos yeux pour que la démocratie soit la règle cardinale des institutions à mettre en place. »
Brosser le portrait de Marcel Manville, c’est écouter attentivement les causes qu’il a défendues, c’est accepter de plonger sans réserve dans l’histoire de la colonisation et de l’oppression capitaliste. En disant l’époque, les témoins montrent en quoi Marcel Manville fut un homme d’exception, et permettent de saisir concrètement ce que recouvre une notion chère à l’avocat : le droit des peuples colonisés et exploités à disposer d’eux-mêmes.

Thèmes : HISTOIRE, Portrait
Durée : 54 mins
Langue : Français
Format : HD 16/9
Versions disponibles : DVD; DVCPRO; BETA NUM
Date de production : 2012 (parfois indiqué 2005)
Lieux de tournage : Martinique, Algérie, France

Réalisation : Véronique Kanor
Scénario : Véronique Kanor
Image : Jacques Lartillot, Dominique Vanneste, André Odry, Ahmed Messad.
Montage : Floriane Allier.
Voix off : Florence Naprix.
Étalonnage et synthés : Rémi Legoux.
Mixage : Samuel Beaucamp.
Musique : Catherine Masson.
Producteurs délégués : Barcha Bauer, Claude Gilaizeau.

Diffusion TV
Martinique 1ere

Festivals
* Festival du Film Insulaire de Groix 2012, Prix « Coup de coeur ».
* Festival du Film de Ouidah (Bénin) 2013, en compétition.
* FEMI 2013, festival régional et international du cinéma de Guadeloupe, en compétition.
* FESPACO 2013, festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou, en compétition.

English

Marcel Manville, man to men
It’s the story of a man among the other men, a communist who only had one obsession: give back the right to choose their own destiny to the colonized people. When Germany invaded France in 1940, M. Manville left his native Martinique to defend what he considered, at that time, his homeland. But 10 years later, when Algeria claimed its independence, it was against that very same France he had to defend, as a lawyer, the FLN mujaheddin prisoners. Becoming aware of his status as a colonized individual, he consequently decided to fight for the independence of Martinique, Guadeloupe and Guyana.
By means of bombs, conferences, proceeding and by tracking colonialism in its slightest expressions, the militant-lawyer « tirelessly started walking day and night in search of man », as Franz Fanon said, his fight and hope companion. In the anti-colonial struggle, if one single name had to be remembered, it would be « Marcel Manville ».
More than a lawyer, he was a man engaged in one of the greatest battles of the twentieth century: the right of colonized peoples to self-determination. By arms, court battles, fighting for land, claims and other actions of awareness, Marcel Manville will be the spearhead of this struggle in Martinique and in all French departments overseas.
This film paints a sensitive portrait of this man, whose career reflects the great questions that have been shaking the Caribbean since the 40’s.

A film by Véronique KANOR

Martinique, 2005, Documentary, 54 min

Prod : Les productions de La Lanterne
Partager :