Fiche Film
Cinéma/TV
2017
Entre deux rives : de Saint-Domingue à Pointe-à-Pitre
Mariette Monpierre
Pays concerné : Guadeloupe
Réalisateur(s) : Mariette Monpierre
Durée : 52
Genre : historique
Type : documentaire

Français

Comprendre les contours de l’immigration à travers le parcours de deux femmes originaires de la République dominicaine et installées en Guadeloupe, telle est l’ambition d’Entre deux rives. En 52 minutes, ce documentaire nous plonge dans la réalité méconnue de l’immigration en Guadeloupe, issue, le plus souvent, des îles voisines et initiée par de jeunes femmes en quête d’une vie meilleure.

C’est l’histoire de Johanna et Cristina, deux Dominicaines qui vivent en Guadeloupe depuis une dizaine d’années et qui se battent au quotidien pour faire venir leurs enfants laissés en République dominicaine. Ces deux femmes ont un destin commun, une même histoire, celle de milliers de femmes dominicaines ou d’ailleurs, embarquées dans les périples de l’immigration. Mères de famille, elles ont tout quitté, prenant la mer, au péril de leur vie pour rejoindre un autre pays dans l’espoir d’une nouvelle vie et de s’y installer plus ou moins durablement. Tout cela au prix d’un immense sacrifice : laisser derrière elles leur progéniture.

Johanna a quatre enfants. Deux sont français nés en Guadeloupe. Les deux autres sont en République dominicaine. Même chose pour Cristina. Cette mère de famille de 38 ans doit jongler entre son île d’adoption qui a vu naître son petit dernier et son pays d’origine où vivent encore deux de ses chérubins.
Deux femmes, deux vies tourmentées entre deux rives. Deux familles qui coexistent mais qui se connaissent peu. Le rêve de Johanna et Cristina est de pouvoir réunir leur famille. Peut-être par le regroupement familial ? Vont-elles y parvenir un jour ?

De Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) à Saint-Domingue (République dominicaine), au travers l’histoire de Johanna et Cristina, le film fait la lumière sur l’immigration spécifique aux îles françaises de la Caraïbe, qui fait écho à cette actualité qui alimente l’opinion et déchaîne parfois les passions. À l’heure où l’Europe et l’Amérique du Nord connaissent l’une des plus grandes vagues d’arrivée de réfugiés, en Guadeloupe, l’immigration est d’une tout autre nature. Ce sont des femmes qui en majorité tentent leur chance tout en essayant d’établir une passerelle entre la vie d’avant et celle qu’elles se construisent. Au-delà du fait sociétal et politique, le documentaire s’intéresse donc à ses conséquences. Comment gérer la séparation en situation d’immigration ? Comment surmonter l’absence alors que, dans le même temps, la réunification se complique ? Comment espérer sans se décourager ? Entre deux rives est le portrait croisé de deux femmes démunies face à l’immigration et ses revers.


TÉMOIGNAGES DE L’AUTEURE ET DE LA RÉALISATRICE

« Mon premier voyage chez celle que l’on surnommait alors « La Dominicaine » était en 1999, lors d’un voyage linguistique organisé par mon établissement scolaire de l’époque. Pendant un mois, j’ai étudié à Santo Domingo, dans un lycée, et vécu au sein d’une famille dominicaine. J’avais 17 ans, et dans mes souvenirs j’étais déjà fascinée par ces femmes dominicaines très belles et courageuses et par cet environnement atypique, si proche de chez nous. Des années après ce voyage, j’ai voulu en savoir un peu plus sur ces femmes dominicaines rencontrées là-bas et que je retrouvais chez moi en Guadeloupe. Connaître davantage la femme dominicaine, et savoir ce qui l’a poussée à partir, laissant tout derrière elle. »

Christelle Théophile, auteure, journaliste (Guadeloupe 1ère).

« Je suis une immigrée. Ma mère a fait le même choix que Johanna et Cristina. Pendant plusieurs années, elle m’a laissée en Guadeloupe avec ma grand-mère pour aller vivre en France dans l’espoir de trouver une vie meilleure. Ce choix, elle l’a fait en pensant à moi et à mes sœurs, se disant qu’une fois installée elle nous fera venir en France où nous bénéficierons d’une éducation meilleure et des opportunités de travail. Je m’identifie donc totalement à cette histoire, même si le contexte et l’époque sont différents. »