Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage |
Djéliya, mémoire du mandingue
Pays concerné : Burkina Faso
Genre : société
Type : documentaire

Français

Sékou, jeune griot, gardien de la mémoire, entame un road-movie initiatique sur les routes du légendaire empire mandingue, dans une Afrique de l’Ouest bouleversée par la modernité, à la recherche de sa mémoire commune.
Sékou Timité a une ambition : suivre la voie de son père disparu pour devenir un « Djeli », un griot, gardien de la mémoire orale en Afrique de l’Ouest. Seul de la fratrie à s’intéresser à l’art en désuétude du griot, il laisse sa famille derrière lui et part se confronter au monde moderne sur les routes du légendaire Empire mandingue. Malgré ses doutes et les nombreux obstacles d’un présent parfois chaotique, il croise sur son chemin les plus grands griots de la région ou de simples individus en prise avec le quotidien. Son voyage initiatique devient le portrait poétique d’une Afrique de l’Ouest bouleversée à la recherche de sa mémoire commune.

NOTE D’INTENTION

Sékou Timité vient d’une ancienne famille de la caste des « Djeli », gardiens de la mémoire et des coutumes dans l’ancien Empire mandingue qui couvrait au XIIIe siècle, les territoires actuels du Mali, Sénégal, Gambie, Guinée, Burkina Faso, Côte d’Ivoire…Dans ce monde globalisé ravagé par la colonisation et ses subsides et en prise avec de perpétuels conflits ethniques, les conteurs d’histoires et leur rôle unificateur sont délaissés. Sékou, seul de sa famille à vouloir reprendre le flambeau de sa mère et de son défunt père, voudrait retrouver l’essence du griot pour l’adapter à notre monde. Il traverse les pays pour suivre la voie du griot et se rapprocher spirituellement de ce père inconnu. Le film prend l’aspect d’un road-movie initiatique éminemment poétique dans l’Afrique de l’Ouest, porté par la parole toujours très imaginative des griots. Ce film intime sur Sékou ouvre la possibilité d’un portrait subtil et poétique sur la mémoire commune et la vie en Afrique de l’Ouest du point de vue de ces conteurs.

Un film de Boubacar SANGARÉ

Burkina Faso, Long métrage Documentaire

PRODUCTION : MAMOUNATA NIKIEMA – Pilumpiku Production (Burkina Faso)


Djéliya fait partie des 6 projets panafricains sélectionnés à la première édition du programme Sentoo (Burkina Faso, Mali, Maroc, Niger, Sénégal et Tunisie), en mai 2019.

Sélectionné à la Fabrique des cinémas du monde de l’Institut français au festival de Cannes 2022.

Réalisateur : Boubacar SANGARÉ
Scénariste : Boubacar Sangaré


2014 | RÉSIDENCE D’ÉCRITURE DE KAYES / MALI, Du 21 septembre au 2 octobre 2014
* Formateur : Jean-Louis Gonnet

2014 | Africadoc, St-Louis, Sénégal
* Sélection de projets


Source :
www.docmonde.org/wp-content/uploads/2017/05/CATALOGUE-Africadoc-2014.pdf

English

Sékou, a young griot, guardian of memory, embarks on an initiatory road movie on the roads of the legendary Mandingo empire, in a West Africa shaken by modernity, in search of its common memory.

Sékou Timité has one ambition: to follow in his late father’s footsteps and become a « Djeli », a griot, guardian of the oral memory in West Africa. The only one of his siblings to take an interest in the obsolete art of the griot, he leaves his family behind and sets off to confront the modern world on the roads of the legendary Mandingo Empire. Despite his doubts and the many obstacles of a sometimes chaotic present, he crosses paths with the greatest griots of the region or with simple individuals in contact with daily life. His initiatory journey becomes a poetic portrait of a West Africa in turmoil, in search of its common memory.



DIRECTOR’S STATEMENT

Sékou Timité comes from an old family of the « Djeli » caste, guardians of memory and customs in the ancient Mandingo Empire, which, in the 13th century, covered the current territories of Mali, Senegal, Gambia, Guinea, Burkina Faso, Ivory Coast…

In this globalised world ravaged by colonisation and its subsidies and confronted to perpetual ethnic conflicts, storytellers and their unifying role are neglected.

Sékou, the only one in his family wanting to take up his parent’s torch, wants to rediscover the essence of the griot and adapt it to our world. He goes across countries to follow the griot’s path and to get spiritually closer to this unknown father.

The film takes the form of an eminently poetic initiatory road-movie in West Africa, carried by the ever imaginative words of the griots. This intimate film about Sékou opens up the possibility of a subtle and poetic portrait of shared memory and life in West Africa from the perspective of these storytellers.
Partager :