Fiche Livre
Média
ESSAI | Avril 2008
Pourquoi, diable, ai-je voulu devenir journaliste?
Edition : Menaibuc
Pays d’édition : France
ISBN : 2-911372-44-1
Pages: 279
Prix : 19.00
Parution : 04 Avril 2008

Français

Une édition augmentée de « Pourquoi, diable, ai-je voulu devenir journaliste ? » vient de paraître.

SA QUATRIÈME DE COUVERTURE

Son nom évoque le métier de bijoutier qui aurait dû être le sien par tradition puisqu’il était celui de son père. Mais Cheick Oumar KANTÉ est plutôt auteur de romans, récits, essais, nouvelles et poèmes.
Enseignant en Côte d’Ivoire avant d’opter pour une formation de journaliste à Bordeaux en France puis d’enseigner à nouveau en Côte d’Ivoire et en Centrafrique, il a signé de nombreux articles aussi bien dans les deux périodiques à son actif en Guinée que dans différents journaux étrangers auxquels il a collaboré. Depuis 2001, ses réactions et/ou réflexions sur l’actualité internationale sont en ligne sur une quinzaine de sites Internet guinéens, africains, français et francophones.
Il ne regrette donc pas sa conversion en essayant sans trop d’illusions de réussir avec les mots ce qu’accomplissait si bien son père avec les fils d’or et d’argent en ces temps où des plumes sont armées ici, des caméras et des micros piégés là et où le panurgisme gagne la presse des plus grands pays démocratiques.
Aux antipodes des vade-mecum habituels des « professionnels de la profession », ses considérations sur le journalisme, inspiratrices du moindre de ses écrits, méritent un grand intérêt.

UN COMMENTAIRE

Si l’essai a doublé de volume en passant de 139 pages à 279, son prix est demeuré modique en augmentant de 4€ seulement, vendu qu’il est à 19€, désormais.
Côté réalisation technique : les quatre fautes déplorées dans la première édition ont été corrigées. Et, mis en page comme dans un vrai journal avec titraille, lettrines, colonnes, intertitres…, les articles sont aérés et plus agréables à lire.
Le contenu du livre s’est considérablement enrichi, beaucoup d’eaux ayant coulé sous les ponts de Guinée, d’Afrique, de France, etc. depuis 2004, date de sa première parution. Filtrées en temps réel, elles continuent de témoigner, entre autres, de la faim de lecture des jeunes Guinéens (« Au Salon du Livre et de la lecture de Conakry :… » page169), de la tragédie vécue par les Africains subsahariens de Paris en 2005 (« Une « tectonique » des Blacks ? » page 179), du problème que poserait la langue de l’écrivain africain (« Sa langue, qu’est-ce qu’elle a sa langue ? » page 186), des débats passionnants et passionnés sur les « bienfaits » de la colonisation (« Anachronismes ! Vous avez dit : anachronismes ? » page 201), de la campagne présidentielle française (« Pour faire le portrait du Président français ! » page 208 [écrit sept mois avant les élections, il est particulièrement savoureux à lire un an après !] « Vivement une Présidente ! » page 217, « Du discours à la méthode : les enjeux du second tour présidentiel », page 224), de la situation de la Guinée à six mois du cinquantenaire de son indépendance (« Guinée : En attendant le « big-bang » ! » page 229)…
Une conférence sur « Les médias et l’Afrique » donnée en Annexes sur 31 pages (de 247 à 278) vient compléter avantageusement « Pourquoi, diable, ai-je voulu devenir journaliste ? » qui mériterait de devenir un classique à laisser entre les mains non pas seulement des apprentis journalistes et de leurs enseignants mais aussi entre celles des professionnels sur le redoutable terrain de l’actualité.

Édition : Menaibuc BP 109 75862 Paris Cedex 18. Site : www.menaibuc.com
Partager :