Fiche Livre
Photo, Histoire/société
PHOTOGRAPHIE, CINéMA |
Anciens combattants africains. Des visages et des mots pour mémoire
Gaston Kelman
Edition : Imaginayres (Les)
Pays d’édition : France
Prix : 28.00

Français

Si l’incendie ne s’éteint pas très vite, alors demain, après-demain ou dans un an, les  » peaux allumées  » ramassent tous nos fils et nos biens pour entretenir leur guerre, car nous sommes là pour ça », prophétise, dès 1914, le sage Guéla M’Bouré, cité par Amadou Hampâté Bâ dans Amkoullel, L’enfant peul.
C’est le début du sacrifice pour quelques 200 000 Africains envoyés défendre leur « mère-patrie ». Seconde Guerre mondiale, Madagascar, Indochine, Algérie, autant de conflits auxquels les Anciens Combattants africains et nord-africains ont pris une part importante. Symboles de l’ aliénation coloniale pour les uns, exemples de fidélité pour les autres, ces tirailleurs sénégalais, béninois, guinéens, marocains, tunisiens… « semblent aujourd’hui tous à la recherche d’une patrie perdue où ils pourraient enfin reposer leur âme fatiguée et leur visage patiné ». Une histoire d’homme et de soldat.
En associant l’image photographique (portraits, paysages) et des enregistrements sonores réalisés en France et en Afrique, cet ouvrage intitulé « Anciens combattants africains, des visages et des mots pour mémoire » se propose de donner, à cette mémoire oubliée ou méconnue, un écho nouveau dans notre société. En collaboration avec des historiens, il s’agit de redonner une parole à ces tirailleurs africains – nos contemporains – et de rendre hommage à leur dévouement patriotique, tout en développant une démarche plus militante quant à leurs droits actuels. Cette valorisation d’ un patrimoine humain prend une acuité particulière, à l’heure où se manifeste la nécessité d’ancrer l’immigration dans la mémoire collective et de lui rendre sa juste place dans une perspective d’histoire commune et partagée.
Cet ouvrage n’est ni un livre d’histoire, ni un pamphlet univoque contre la « France ingrate ». Ne cherchez pas dans ces photographies une quelconque nostalgie de la France coloniale ou la glorification de son oeuvre soi-disant « civilisatrice ». Les historiens sont là pour en débattre. Loin de moi, aussi, l’idée d’écrire une hagiographie du soldat noir. J’ai trop de respect pour eux. Vedette de la réclame et figure incontournable de l’imaginaire francophone, le tirailleur est un personnage historique complexe aux multiples lectures : symboles de l ‘aliénation coloniale pour les uns, exemples de fidélité pour les autres, sa bonhomie naturelle, si souvent louée, lui a attiré bien des sympathies et beaucoup de condescendance.
Philippe Guionie