Fiche Livre
BANDE DESSINéE |
L’Afrique en partage
Christophe Cassiau-Haurie, Alain Mata Mamengi – Al’Mata, Hector Sonon, Alphonse Mendy, Jason Kibiswa, Oumarou Diakhité
ISBN : 9782915258394
Prix : 16.00
@museedapper

Français

Avec L’Afrique en partage, un album collectif de bande dessinée édité sous la direction de Christophe Cassiau-Haurie, l’un des meilleurs spécialistes en ce domaine, Dapper renoue avec la fiction tout public. Dapper a également la volonté, à l’heure où le neuvième art africain va fêter son centenaire, de contribuer à mieux faire connaître quelques-uns de ses meilleurs représentants.

En coéditant L’Afrique en partage avec l’Atelier Fons, les éditions Dapper souhaitent rendre ce livre accessible au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.



TT Fons nous livre dans cet album une aventure inédite du personnage qui l’a rendu célèbre, Goorgoorlou. Ce dernier, outre son obsession quotidienne de trouver de l’argent pour subsister, va plonger dans l’histoire, celle de la tardive reconnaissance des tirailleurs sénégalais.

Odia, qui vit également à Dakar, nous emmène quant à lui au coeur de l’univers impitoyable des lutteurs, ces nouveaux dieux du stade.

Hector Sonon, dessinateur béninois, livre ici une histoire d’apocalypse : un peuple, sur le point d’être anéanti par une guerre fratricide et une dictature, est sauvé par des divinités protectrices.

Deux auteurs, originaires de la République démocratique du Congo, participent aussi à ce collectif : Al’Mata et Jason Kibiswa. Le premier crée un parcours initiatique pour son héros, Kobo, accompagné d’une étrange créature ; le second auteur plante le décor dans Kinshasa, une ville où règne la violence et où, toutefois, la voix pacifique des aînés peut se faire entendre.



Comprenant une étude de Christophe Cassiau-Haurie riche d’informations sur l’histoire de la BD africaine, l’Afrique en partage reflète les orientations communes aux cinq talentueux auteurs regroupés dans cet ouvrage. Chacun a bâti une intrigue originale avec un style et des dessins qui lui sont propres. Mais tous les bédéistes ont, d’une façon ou d’une autre, mis en scène leur société avec ses problèmes et ses questionnements.

Les artistes de L’Afrique en partage ont du souffle, du savoir-faire. Ils alternent l’ironie, l’émotion, la critique pour témoigner, donner à réfléchir. L’intérêt que suscitent ces drôles d’histoires est une preuve de réussite car le lecteur est séduit, touché.