Fiche Livre
Cinéma/TV
ESSAI | Septembre 2003
Afrique? Quel cinéma! (L’)
Edition : Africalia, EPO
Pays d’édition : Belgique
ISBN : 2-87262-202-0
Prix : 20.00
Parution : 15 Septembre 2003

Français

Préface de Guido Huysmans (Afrika Filmfestival)
Introduction de Hélène Madinda (Africalia)
A l’image des premiers films de la propagande coloniale, des œuvres récentes sur l’Afrique témoignent encore et toujours de préjugés nostalgiques… Les films et les cinéastes africains qui veulent enterrer définitivement ces stéréotypes sont exclus de nos salles obscures et de nos écrans de télévision.
Avec les années 60 et la vague des indépendances, des cinéastes africains ont essayé, dans des conditions très difficiles, de réaliser des films sur leur continent. Hondo, Tatli, Ousmane, Diop, Gerima. Leurs longs-métrages prenaient alors une direction propre, qui signifiait aussi le refus du néocolonialisme. Le but de ces cinéastes était de « décoloniser les esprits », comme le dit l’écrivain kenyan N’gugi wa Thiongo.
Ils tenaient, dans la tradition africaine (griots), à donner à travers leurs propres images et connaissances, une autre conception de l’histoire, du présent et de l’avenir à leur peuple.
Ces films, très souvent magnifiques, n’ont quasiment aucune chance d’être distribués. En sens inverse, l’Occident submerge l’Afrique avec ses diverses productions audiovisuelles. Une autre facette de la négation d’un continent et de ses habitants.
L’espoir pour les amoureux du cinéma de connaître la réalité africaine par ses artistes avec la mondialisation, loin de grandir, ne fait que se réduire.

Avec le soutien d’Africalia et d’Afrika Filmfestival


à commander en librairie, sur le site des éditions EPO ou sur celui d’Africlia

Table des matières

Avant-propos – Guido Huysmans
Préface Africalia – Hélène Madinda
Introduction – Guido Convents

PREMIERE PARTIE: CULTURE COLONIALE
Une construction idéologique
Colonisation de l’Afrique noire et démocratie: un paradoxe refoulé
« Après l’indépendance = Avant l’indépendance »
L’Afrique du Nord et ses fanatiques
La production du film colonial
Succès international de l’apartheid au grand et au petit écran
Hollywood et son monde colonial
Conclusion

DEUXIEME PARTIE: AFRO CULTURE ET CINEMA
Pour une production cinématographique africaine
Pas de colonisation sans violence, ni de violence sans résistance
Epoque coloniale et époque postcoloniale: le statu quo
L’Afrique du Nord: entre tolérance et fondamentalisme
La République Démocratique du Congo
Les films de l’après-apartheid ne sont pas « noirs »
De la Négritude au Black Power

EPILOGUE. ACCESSIBILITE DES FILMS AFRICAINS
Mondialisation, commerce et cinéma
Films africains pour Africains
Films africains pour non-Africains

Remerciements
Bibliographie
Index: – Noms de personnes
– Titres de films