Murmures

Polémique : L’Institut français du Cameroun refuse de projeter « LE PRÉSIDENT »
mars 2013 | Sortie de film, livre, album… | Cinéma/TV | Cameroun
Source : Africa Presse

Français

Les responsables français estiment que le réalisateur Jean-Pierre Bekolo doit, au prélable, obtenir les droits de diffusion au Cameroun.

Même s’il n’a pas encore fait sa sortie officielle, le film « Le Président » de Jean-Pierre Bekolo fait déjà beaucoup parler de lui. Jugé subversif, le film est en passe d’être interdit au Cameroun selon le réalisateur. Dimanche soir, Jean-Pierre Bekolo affirmait que son film ne serait pas projeté sur les écrans des Instituts Français du Cameroun (Yaoundé et Douala).

« J’ai envoyé une copie à Yves Ollivier le directeur de l’Institut Français de Yaoundé, assortie d’une demande d’utilisation de la salle. Après avoir vu le film, Yves Ollivier l’a fait parvenir à Bruno Gain, l’ambassadeur de France au Cameroun. Après l’avoir regardé, ce dernier a donné des instructions au directeur de l’IFC pour interdire sa diffusion dans les salles des Instituts français du Cameroun ».

Aussitôt contacté, Yves Ollivier dément ces allégations, affirmant qu’il n’a jamais reçu des instructions allant dans ce sens. C’est même le contraire : « nous allons diffuser le film avec plaisir, dit-il. La seule condition pour le faire, c’est qu’il [le cinéate ; Ndlr]obtienne les droits de diffusion au Cameroun comme l’exige la loi camerounaise. Dès que Jean-Pierre Bekolo aura obtenu ces droits, rien ne nous empêchera de passer « Le Président » sur nos écrans ». Des propos que Jean-Pierre Bekolo balaie d’un revers de la main. Selon lui, Yves Ollivier a une « attitude hypocrite.

Le directeur de l’Institut Français de Yaoundé sait très bien que le film n’obtiendra pas les droits de diffusion. En tout cas, c’est ce que j’ai entendu dire. Donc, quand il dit qu’il se fera un plaisir de diffuser le film à condition qu’il obtienne les droits, il se protège pour éviter de donner l’impression d’être au service des autorités camerounaises », a martelé le cinéaste.


LIRE LA SUITE sur le site de [africapresse.com]
Partager :



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications