Murmures

7ème et 8ème compte-rendu de tournée pour La Fanfare des fous de Soeuf Elbadawi
octobre 2009 | Bilans d’événements culturels | Théâtre | Comores

Français

En tournée dans les villes et villages de l’archipel des Comores, avec le soutien de la Fondation du Prince Claus aux Pays-Bas, la compagnie de théâtre O Mcezo* était à Ntsudjini le 27 septembre dernier pour y jouer La fanfare des fous, spectacle sur la dépossession citoyenne. La compagnie s’y était déjà installée en juillet dernier pour ses répétitions, après son éviction de l’Alliance française de Moroni pour des raisons politiques.
O Mcezo* sur la place dite « Singani » à Ntsudjini pour La Fanfare des fous [Photo Mourchid Abdillah] Pour l’occasion, les sept comédiens de la compagnie (mnfunkare ya handa), et leur directeur artistique, Soeuf Elbadawi, ont repris leurs marques sur le bangwe de la ville, place publique également connue sous le nom de Singani. Avec une esthétique taillée dans la précarité, esthétique digne d’un contexte de création où tout reste à inventer. Les formes du spectacle comme les lieux de diffusion ou encore le public… Co-produite par BillKiss* à Paris et Washko Ink. à Moroni, La fanfare des fous permet à O Mcezo* de cheminer sur les pistes d’un théâtre populaire, sans sacrifier au mimétisme et à la facilité des dramaturgies importées ou suggérées (d’habitude) sur cette scène comorienne. Un spectacle qui se nourrit de l’histoire commune, qui interroge le citoyen de l’archipel, qui lui parle d’espérances tues et de rêves à tenir.
Invité par le Scout Ngome, mais connaissant bien la compagnie, le public de Ntsudjini s’est montré friand de ce théâtre entremêlant les registres et les langues, porté par la musique, la danse et le merveilleux de la folie. Un théâtre qui se joue de la banalité du quotidien, en campant les incertitudes du moment. La fanfare des fous est l’histoire de cet homme, Itswa Mbe, revenu d’une lointaine terre d’abondance, trouvant son pays défait, et se mêlant de réhabiliter l’espoir, en fondant une confrérie de l’étrange, qu’il installe « au bout du bout de l’archipel en détresse ».
Après Ntsudjini, O Mcezo* s’est rendue à Ntsaweni, où les membres du collectif Mwana, sous la direction du professeur Mathias, infatigable agitateur culturel, l’ont accueillie pour cinq jours. Avec au programme : des ateliers de transmission et de réflexion autour du théâtre, une rencontre autour de la pièce Moroni Blues/ Une rêverie à quatre de Soeuf Elbadawi, un gungu la mcezo orchestré contre la pédophilie par la compagnie et la communauté d’accueil, ainsi qu’une représentation de La fanfare des fous au foyer Mablaghu. Cinq jours de fête pour une troupe de théâtre qui rêve de solidarité et de liens renforcés avec les habitants des cités qu’elle traverse.
Arrivée à Ntsaweni lundi 28 septembre, O Mcezo* est repartie sur les routes de l’archipel ce samedi 3 octobre 09 pour Mitsudje, nouvelle destination à l’affiche, cité située à quinze kilomètres de la capitale de l’Union des Comores.
Samedi 03 octobre 09

prochaine dates après Ntsaweni, Ntsudjini, Fumbuni, Iconi, Ouani et Mirontsy Mitsudje du 03 au 08 octobre 09, Fomboni, ensuite.
La tournée est prévue pour s’achever à Moroni au 23 octobre prochain.
Partager :