Murmures

Décès du poète et journaliste Hamid Skif
mars 2011 | Décès de personnalités culturelles | Littérature / édition | Algérie

Français

L’auteur de la Géographie du danger est mort le 18 mars 2011
Le poète, journaliste et écrivain algérien, Hamid Skif, l’auteur de La Géographie du danger, est décédé vendredi 18 mars 2011à 5h du matin dans un hôpital de Hambourg, des suites d’une longue maladie. Il allait avoir 60 ans dans quelques jours. Il sera rapatrié cette semaine à Alger.

La ministre de la Culture, Khalida Toumi, a rendu dimanche 20 mars, dans
un communiqué, un hommage appuyé au journaliste, poète et romancier.

Hamid Skif, de son vrai nom Mohamed Benmebkhout, est né en 1951 à Oran. Il s’est lancé, dès son plus jeune âge, dans des activités culturelles diverses mais avec un penchant avéré pour la poésie et le théâtre, avant d’entamer une carrière de journaliste à l’Agence Algérie Presse Service (APS) où il passera une quinzaine d’années, de 1975 à 1990. Auparavant, le défunt avait participé à la rédaction de l’hebdomadaire « Révolution africaine » et travaillé au quotidien « La République », qui paraissait à Oran en langue française jusqu’en 1975. Rappelant le parcours intellectuel accompli de Hamid Skif, la ministre regrette la disparition d’un poète « ancré dans la culture populaire, nourri des meilleurs classiques, fasciné par les expressions littéraires contemporaines, et (qui) était à l’image de ses premiers compagnons poètes, d’une ouverture culturelle exceptionnelle et d’une exigence élevée d’écriture ».
Pour Khalida Toumi, Hamid Skif « laisse une œuvre originale qui le maintiendra vivant dans le souvenir et les consciences ».
Exilé en Allemagne depuis 1997, Hamid Skif poursuit la publication de recueils de poésie, tout en enchaînant lectures et conférences sur la culture algérienne et universelle dans plusieurs pays d’Europe.
Hamid Skif laisse une œuvre romanesque riche de plusieurs écrits dont « La Géographie du danger », publiée en 2006 et distinguée l’année suivante par le Prix du roman français, « La Princesse et le clown » (2000) et « Monsieur le président » (2002).
Partager :