Corazones de Mujer de Kiff Koosof

Tandem et tabou

Print Friendly, PDF & Email

Un film italien au titre espagnol qui voyage d’Italie au Maroc, voilà qui promet d’être dépaysant. L’intrigue est simple, une des plus anciennes : Zina confie à son couturier que ses noces sont compromises car elle n’est pas vierge. Elle sera répudiée. Le couturier, travesti et homosexuel, compatit volontiers d’autant qu’il ne supporte pas de voir une femme pleurer. Shakira connaît un médecin susceptible de remédier au problème, mais il faut pour cela se rendre à Casablanca. Sous prétexte d’aller y dénicher les plus belles étoffes pour la noce, ils embarquent ensemble depuis Turin au volant d’une rutilante Alpha Romeo pour un voyage semé d’embûches, de rencontres, de révélations intimes. Lors de la traversée maritime, Shakira doit se défaire de sa perruque, de ses bijoux, de son identité féminine. Au Maroc, il sera un garçon, d’autant qu’il entend bien en retrouver un autre, son jeune fils à qui l’on raconte que son père a disparu. Ce road movie méditerranéen est d’une justesse touchante, grâce à des acteurs non professionnels et une réalisation pragmatique qui donnent une sensibilité documentaire à cette histoire inspirée de la réalité, rendue lyrique par son rythme et ses plans de paysages.

On se doute que si Corazones de Mujer a bien du mal à trouver un distributeur, ce n’est pas parce que le film est compliqué à sous-titrer mais plutôt parce que les questions abordées, déjà tabous en Europe, le sont encore davantage au Maghreb. Mariage arrangé, obligation d’être vierge, travestisme, homosexualité, homoparentalité, autant de sujets qui ne manqueront pas de faire hausser quelques sourcils. L’hybridité de langue et de nationalité se superpose à l’hybridité de genre incarné par Shakira, mais aussi par Zina prise au piège des conventions de son sexe. Corazones de Mujer propose de briser les frontières avec la seule arme du cœur, celui de ses personnages, mais aussi de ses réalisateurs.

Le film a été fort bien accueilli à la Berlinale comme au festival gay et lesbien de Paris (en soirée d’ouverture), mais il reste à toucher le grand public. Pedro et Augustin Almodovar, à qui le film a été soumis en pré-production (d’où le titre espagnol), comptent parmi ses fervents supporters, bien qu’il n’aient pas participé financièrement à la production. Quelle qu’en soit la diffusion immédiate, le film ne manquera pas d’être reconnu pour son message de tolérance et d’ouverture à l’heure où l’Italie octroie encore bien peu de droits à la communauté LBTG, loin derrière sa voisine l’Espagne, et où le Maroc et bien d’autres pays au monde continuent de fermer les yeux sur l’intolérance ordinaire et criminelle.

Corazones de Mujer de Davide Sordella et Pablo Benedetti sous le nom de Kiff Koosof, avec Aziz Ahmeri (Shakira), Ghizlane Waldi (Zina).
Corazones de Mujer
sera présenté en ouverture du festival de films méditerranéens Corto Del MED, du 11 au 14 juin à Avignon.
Il a été diffusé dans les salles italiennes par Movimento film et en vidéo par Medusa. La distribution internationale (Suisse, Allemagne, France) est assurée par Adriana Chiesa Enterprises.

Voir la bande annonce sur : http://web.mac.com/dsordella/
Corazones_de_Mujer/Trailer.html///Article N° : 8435

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article





Laisser un commentaire