Fiche Disque
Musique
ALBUM 2012
Entre Délices et Terreur
Genre : Album
Date de sortie : 22 Mai 2012

Français

Ce nouvel album a été enregistré en France et au Brésil comme les précédents, avec les musiciens et arrangeurs avec qui j’ai déjà travaillé : Dudu Trentin à Rio de Janeiro, Mauro Rodrigues à Belo Horizonte, Xavier Desandre-Navarre aux portes de Paris, mais aussi avec des nouveaux venus, avec le légendaire harmoniciste Mauricio Einhorn (Dans « Farouche ») qui a joué avec Elis Regina ou Ivan Lins, avec les cordes de l’Alter Quintet emmenés par Alfonso Pacin le violoniste-guitariste argentin qui m’accompagne sur scène et dont les accents lyriques et dramatiques s’accordent avec le climat de certains textes, avec la musicalité latine et valseuse de l’accordéon de Pascal Pallisco, avec la voix bouleversante de Gaëlle Cotte, avec les « sons » (Programmation, informatique musicale et synthés) de Thiago Pagès qui chantent le « corps électrique » du monde en turbulences dans « Général Confusion » et « Les Paraboles de l’antenne »
Le travail graphique somptueux de Freddy Mutumbo, jeune peintre congolais qui vit entre Paris et Kinshasa pour la pochette et pour le livret s’accorde complètement à mon propos artistique en donnant un sens nouveau à mon travail.

« Un ailleurs étrange et accueillant, chaleureux. (…) Une chanson rare, au delà du précieux (…) qui va chercher, où elles se trouvent, l’impression et l’émotion. » Michel Kemper http://nosenchanteurs.eu/

« Excellentes musiques, art consommé des nuances… Longuement, lentement mûris, les albums de Frédéric Pagès, à l’inverse de beaucoup, sont de ceux qu’on aime à proportion qu’on les écoute » Jean-Marc Hovasse. Biographe de Victor Hugo

« Flamboyant, crépusculaire, Mulâtre Blanc, Sud-Américain de la chanson française…Frédéric Pagès revient, nous surprend dès l’ouverture de son nouveau disque et s’avère être un chanteur à la voix riche et veloutée, chaude. Le mystère est là (ou le génie ?) quand l’artiste tout en chantant français réussit presque à nous faire croire qu’il chante en portugais brésilien. Un français tropicalisé qui s’allonge, s’étire sur des musiques vibrantes de sensualité.

Un langage simple et poétique rarement atteint ces cinq dernières années dans la chanson d’expression francophone » Luc Melmont « Culture et chanson » http://lucmelmont.canalblog.com/