Événements

Hommage à Jamel Debbouze
tous les dimanches à l’Institut du Monde Arabe

Français

Né en 1975 à Paris, Jamel Debbouze est l’aîné d’une famille marocaine de six enfants. C’est à Trappes, en banlieue parisienne, qu’il passe toute son enfance. Alors inscrit au club d’improvisation théâtrale de son collège, sa fameuse « tchatche » est déjà repérée par Alain Degois, éducateur et directeur du Déclic Théâtre, compagnie théâtrale de la Cité des Merisiers à Trappes. Jamel fait ainsi ses débuts sur les planches et sera finaliste du Championnat de France junior de la Ligue d’Improvisation Française. Repéré en 1995 par Radio Nova, il se voit directement proposer une rubrique quotidienne – Le Cinéma de Jamel – qu’il transpose ensuite sur la chaîne Canal + où il fait ses débuts télévisuels en 1998. Sur cette même chaîne, il participe peu après à la série à succès « H », aux côtés, entre autres, des comiques Eric et Ramzy. Parallèlement à sa carrière télévisuelle, il triomphe avec son one-man show, Jamel en scène (1999). S’il avait déjà joué dans deux courts métrages, il lui suffit de deux films pour s’imposer définitivement aux yeux des critiques et du public : Zonzon (1998), de Laurent Bouhnik et Le Ciel, les oiseaux et… ta mère ! (1998), comédie populaire de Djamel Bensalah. Puis les rôles s’enchaînent : changeant à nouveau de registre, il campe un commis d’épicerie brimé par son patron dans Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet (2000). Autre gros succès français avec Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2001) d’Alain Chabat. Puis, en 2004, Spike Lee lui ouvre les portes du cinéma hollywoodien en lui offrant un petit rôle dans la comédie She hate me. En 2005, Luc Besson lui offre son premier rôle principal au cinéma dans Angel-A. La même année, il tourne le film historique Indigènes (qu’il co-produit), pour lequel il reçoit, avec ses partenaires, le prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes. En 2007, il sera à l’affiche du nouvel opus des aventures du célèbre gaulois Astérix aux Jeux Olympiques, sous la direction de Thomas Langmann et Frédéric Forestier.

DIMANCHE 1ER AVRIL

15h30
Le Ciel, les oiseaux et… ta mère
de Djamel Bensalah, Algérie-France (1998), couleur, 35mm, 90′
Avec Jamel Debbouze, Stephane Soo Mondo, Lorant Deutsch, Julien Courbey, Olivia Bonamy, Ludivine Sagnier
Grâce à un concours vidéo qu’ils viennent de remporter, Youssef, Stéphane, Christophe et Mike, quatuor inséparable qui vit depuis toujours à Saint-Denis, part pour un mois dans le sud-ouest de la France. C’est la première fois qu’ils sortent de leur cité. Leur personnalité d’adulte se révelera au contact d’un monde qu’ils ne connaissent pas et ne maitrîsent pas.

18h00
Zonzon
de Laurent Bouhnik, France (1998), couleur, 35 mm, 102′
Avec Jamel Debbouze, Gaël Morel, Pascal Greggory, Fabienne Babe, François Levantal, Gabrielle Forest, Véra Briole
Emprisonné, Arnaud, jeune étudiant, va côtoyer durant six mois Francky, braqueur condamné à 10 ans et Kader, délinquant condamné à deux ans pour vol. Entre ces trois hommes que rien, sinon la « zonzon », ne pouvait rapprocher, la cohabitation va provoquer des confrontations dérisoires mais indispensables à leur compréhension de la liberté.

DIMANCHE 8 AVRIL

15h30
Granturismo
de Denis Thybaud, France (2000), couleur, 35mm, 17′
Avec Jamel Debbouze, Gérard Darmon, Zoé Félix
Sur une longue route anonyme, Jean-Michel, VRP endurci, va voir ses repères voler en éclats. Qui est ce jeune homme qui apparaît et réapparaît à des kilomètres de distance ? Et cette jeune créature qui atterit sur le toit de sa voiture ? Toutes les lois du réel se tordent sur son chemin. Le mystère plane. Va-t-il le percer ?

Ya du foutage dans l’air
de Djamel Bensaleh, France (2000), couleur, 35 mm, 17′
Avec Jamel Debbouze, Julien Courbet, Stéphane Soo-Mango, Lorant Deutsch
Quatre lycéens entreprennent un reportage sur la banlieue où ils vivent. Ils se mettent alors a jouer les caïds en classe… Petit à petit, ils prennent conscience de leurs propres préjugés racistes.

Les Pierres bleues du désert
de Nabil Ayouch, Maroc (1992), couleur, Béta SP, 22′
Avec Jamel Debbouze, Naïma El Mcherqui, Benbrahim
Dans un village du Maroc, un garçon de 14 ans, secret, parle de pierres bleues qui existeraient quelque part dans le désert. Ses certitudes sèment le trouble parmi les habitants du village et les autres enfants le persécutent. Seul un vieil homme le soutient et l’encourage à avoir confiance en lui-même.

Les Petits souliers
d’Olivier Nakache, France (1999), couleur, 35 mm, 22′
Avec Jamel Debbouze, Gad Elmaleh, Atmen Kelif, Roschdy Zem, Gilbert Melki

Que faire le soir du 24 décembre lorsque l’on ne fête pas Noël et qu’on est un jeune « beur » ou un jeune « feuj » sans beaucoup de ressources ? Pour quatre d’entre eux, la solution vient de l’agence Prestimagic, une société d’animation à domicile, qui leur propose d’être Père Noël, le temps d’une soirée. Une soirée qui va leur réserver bien des surprises…

18h00
Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain
de Jean-Pierre Jeunet, France (2000), couleur, 35mm, 122′
Avec Audrey Tautou, Mathieu Kassovitz, Rufus, Lorella Cravotta, Serge Merlin, Claire Maurier, Jamel Debbouze, Isabelle Nanty, Yolande Moreau

DIMANCHE 15 AVRIL
15h30
Le Boulet
d’Alain Berbérian et Frédéric Forestier, France (2002),
couleur, 35mm, 107′
Avec Benoît Poelvoorde, José Garcia, Gérard Lanvin, Rossy De Palma, Jamel Debbouze, Stomy Bugsy, Nicolas
Anelka

Moltès, un détenu, joue chaque semaine au loto. C’est Reggio, un gardien de prison maladroit, qui valide ses bulletins. Un jour, Moltès apprend qu’il a gagné le jackpot !!! Mais Reggio croit que Pauline, sa femme infirmière, est
partie avec le ticket gagnant en Afrique sur un rallye. Moltès s’évade alors de prison destination Bamako pour récupérer le billet en question. C’est l’aventure qui l’attend…

18h00
She hate me
de Spike Lee, États-Unis (2004), couleur, 35mm, 138′
Avec Anthony Mackie, Kerry Washington, Ellen Barkin, Monica Bellucci, Jamel Debbouze

Diplomé de Harvard, John Henry « Jack » Armstrong est cadre supérieur dans une entreprise de biotechnologie. Mais lorsqu’il dénonce les malversations financières de ses patrons, il est aussitôt licencié. Quand son ex-compagne, Fatima devenue lesbienne, lui propose d’être le père biologique de son enfant et de celui de sa nouvelle petite amie contre paiement, Jack entrevoit le moyen de se faire
de l’argent facile.

DIMANCHE 22 AVRIL

15h30
Les Clefs de bagnole
de Laurent Baffie, France (2003), couleur, 35mm, 94′
Avec Laurent Baffie, Daniel Russo, Karine Lyachenko, Dani, Jamel Debbouze, Gérard Depardieu, Alain Chabat, Michel Galabru, Jean-Marie Bigard

Sur le point de quitter son bel appartement en compagnie de son ami Daniel, Laurent ne trouve plus les clefs de sa voiture, qu’il a l’habitude de ranger dans la poche gauche de son pantalon. Daniel lui conseille de refaire le trajet emprunté depuis qu’il s’est levé. S’ensuit un parcours jalonné de situations rocambolesques…

18h00
Axtérix et Obélix, mission Cléopâtre
de Alain Chabat, France (2002), couleur, 35mm, 107′
Avec Gérard Depardieu, Christian Clavier, Jamel
Debbouze, Monica Bellucci, Alain Chabat, Claude Rich, Gérard Darmon, Edouard Baer

Cléopâtre décide, pour défier l’Empereur romain Jules César, de construire un palais somptueux. Pour ce faire, Cléopâtre fait appel à Numérobis, un architecte d’avantgarde plein d’énergie. S’il réussit, elle le couvrira d’or. S’il échoue, elle le jettera aux crocodiles. Amonbofis, l’architecte officiel de Cléopâtre, jaloux que la reine ait choisi Numérobis, va tout mettre en oeuvre pour faire échouer son concurrent.

DIMANCHE 29 AVRIL

15h30
Angel-A
de Luc Besson, France (2005), NB, 35mm, 90′
Avec Jamel Debbouze, Rie Rasmussen, Olivier Claverie, Gilbert Melki, Akim Chir, Serge Riaboukine

Endetté et talonné par des malfrats qui réclament leur dû, un petit escroc décide de mettre fin à ses jours. Il est sauvé in extremis par une créature céleste qui a pour mission de l’aider à retrouver l’espoir et l’amour. Une succession d’évènements vont changer sa vie…

18h00
Indigènes
de Rachid Bouchareb, Algérie-France (2006), couleur,
35mm, 128′
Avec Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem,
Bernard Blancan, Mathieu Simonet

1943. Ils n’avaient encore jamais foulé le sol français, mais parce que c’est la guerre, Saïd, Abdelkader, Messaoud et Yassir vont s’engager comme 130 000 autres « Indigènes » dans l’armée française pour libérer « la mère patrie » de l’ennemi nazi. Ces héros que l’histoire a oubliés vaincront en Italie, en Provence, et dans les Vosges, avant de se retrouver seuls à défendre un village alsacien contre un bataillon allemand…