Événements

Expériences métisses
Lo Ker y komann touzour

Français

Dans la lignée du Festival d’Art Métis et des Rencontres d’Art Métis, l’Association Festival d’Art Métis avec le concours du Théâtre Talipot et de TéléRéunion organise en novembre un nouvel événement, « Les Expériences Métisses ». Ce rendezvous exceptionnel et inédit, conçu comme l’accompagnement artistique d’une oeuvre humanitaire, s’articule autour du thème « Lo ker y komann touzour ».

Trois soirées d’expériences artistiques transversales, de métissage des formes, qui permettront d’accueillir des musiciens, danseurs, chanteurs, plasticiens, pour une mise en lumière du vivant, de la préservation de la vie. Du fonkèr à la lecture scénique, en passant par des compositions musicales originales, avec des créations uniques dirigées par le corps, mais également une représentation de Mâ Ravan’, le public sera invité à parcourir un véritable chemin de vie, à participer à la traversée relayée par les différents artistes, et à accueillir les déambulations circulaires proposées par des « performers » sous l’espace du chapiteau.

Parallèlement, cet événement se positionne également comme un soutien concret et positif aux enfants d’Afrique du Sud, victimes du Sida. En effet, le Théâtre Talipot aura l’honneur de projeter chaque soir et en avant-première, le film « Les orphelins du Sida », un documentaire de 52 minutes réalisé par Gérard Perrier et produit par TéléRéunion. Le réalisateur sera présent à l’occasion des trois projections.

Le cri envoyé par ces enfants d’Afrique du Sud sera donc relayé par les artistes réunionnais investis dans l’opération, et les bénéfices de ces trois soirées d’expériences humaines, de partage et de générosité, seront entièrement reversés aux associations qui gèrent les orphelins du Sida.

Le principe
« Les Expériences métisses » auront lieu à ExpoBât, sur le site d’implantation actuel du chapiteau. Le Théâtre Talipot ouvre le Ker, son espace circulaire, à d’autres artistes. Il devient centre de partage, d’expression et de solidarité.
Le film de Gérard Perrier s’intègrera dans cette série de performances et dans un espace de diffusion original s’adaptant lui aussi au cercle. Il rythmera de son cri les trois soirées et sera suivi, la dernière nuit, par une représentation de Mâ Ravan’ dédiée à ces enfants et plus largement à tous ceux qui crient leur souffrance.
L’actuel couloir de la mémoire accueillera des sculptures, mais aussi une exposition réalisée par des écoliers de l’école Jean Jaurès (la Possession), placés sous la direction d’Eve Gaumont. Pendant plusieurs semaines, les enfants d’une classe CLIS Handicap Mental ont travaillé sur le « mouvement interne ». Au départ, leur corps leur paraissait une simple enveloppe et au fur et à mesure, ils en ont senti les circulations, la matière, les chemins de vie. Ils se sont exprimés par la parole mais aussi par la peinture. Cette exposition est émouvante. Un témoignage de vie qui arrive en écho du cri des enfants sud-africains.
Le Ker palpitera au centre d’un espace fait de lumière, de performances plastiques et de musique, mais aura aussi sa périphérie. Les tambours battront, ceux de la Réunion répondront à ceux de l’océan Indien, comme une mise en rythme.
Les performances donnant un accès direct à l’imaginaire et au ressenti, ces trois soirées promettent une grande générosité et sans doute beaucoup de surprises.

« Les orphelins du sida » Un film de Gérard Perrier
Ce film de 52 minutes nous emmène à travers l’Afrique australe, de Durban à Johannesburg, en passant par le Swaziland.
En Afrique du sud, sur 47 millions d’habitants, 6 millions sont infectés par le VIH. Un adulte sur cinq est porteur de la maladie.
Dans ce pays, plus d’un million d’enfants ont déjà perdu leurs parents, tués par le sida. Beaucoup de ces orphelins sont secourus par leur famille, les autres abandonnent l’école, qui est payante, et finissent par échouer dans la rue.
En Afrique du Sud, les ravages du sida ont bouleversé les structures de la société. Les grand-mères, appelées ici gogo grannies, sont les derniers remparts des orphelins du sida.
Ironie de l’histoire, quinze ans après la fin de l’apartheid, ce sont les enfants blancs, élevés jadis par les nourrices noires qui élèvent, à leur tour, les enfants de leurs domestiques, morts du sida.
Un fléau a succédé à un autre… Après l’apartheid, le sida ! Pendant de longues années, le gouvernement de Thabo Mbeki a nié la pandémie. La ministre de la santé Manto Tshabalala Msimang vante encore les vertus de l’ail, de la betterave et de l’huile d’olive comme seuls remèdes à la maladie.
Pourtant le taux de prévalence du sida n’a pas encore atteint son paroxysme. Les orphelins sont toujours plus nombreux.
Dans la rue, des milliers d’enfants grandissent seuls, sans guide, sans modèle, sans espoir… Au sud de l’Afrique, le pire est arrivé, le plus difficile est à venir.

Programme

Jeudi 22 novembre- heures à préciser
– Accueil en musique
– Ecole Batay Coq / Moringue
– Uma / Kolham
– Basse Vallée / Performance de plasticiens en extérieur
– Diffusion du film « Les orphelins du sida » de Gérard Perrier
– Venantia Otto / Témoignage
– Performances des artistes du Théâtre Talipot
– Nadjani Bulin / Danse
– Veda / Danse indienne
– Pierre Hoarau / Fonkèr
– Trio à cordes / Musique classique
– Association Kalamandram Saint-André (danseuses folklore
indien)

Vendredi 23 novembre
– Accueil en musique
– Ecole Batay Coq / Moringue
– Basse Vallée / Performance de plasticiens en extérieur
– Diffusion du film « Les orphelins du sida » de Gérard Perrier
– Nathalie Natiembé / Musique
– Pierre Hoarau / Fonkèr
– Christine Salem / Musique
– Jozéfinn / Musique
– Patrice Treuthard / Fonkèr
– Françoise Guimbert / Musique
– Filip Barret / Musique
– Association culturelle et sportive de l’Eperon / Hip Hop
– Anny Grondin / Conte
– Gilbert Pounia (sous reserve)

Samedi 24 novembre
– Accueil en musique
– Ecole Batay Coq / Moringue
– Basse Vallée / Performance de plasticiens en extérieur
– Diffusion du film « Les orphelins du sida » de Gérard Perrier
– Représentation de Mâ Ravan’ par le Théâtre Talipot

Tous les bénéfices seront reversés à l’association sud-africaine « Hospice at Home » http://www.hospiceathome.org/