Événements

Yelba
Lancement du programme d’activité de l’ambassade du Burkina Faso à Paris

Français

14H30
Projection du film « Delwendé » de Pierre Yaméogo.

Echanges avec le réalisateur.
Inspiré d’un documentaire qu’il avait tourné pour « Envoyé spécial » de France 2, le film « Delwendé » du réalisateur de « Dunia », « Laafi », « Wendemi », « Silmandé » et « Moi et mon Blanc », se donne pour objectif de bousculer certains comportements qui puisent leurs racines dans la tradition. En Afrique, les coutumes ancestrales ont souvent force de loi dans un environnement ou le poids des traditions reste encore vivace. Dans les campagnes et dans une moindre mesure les villes, on attribue certaines morts inexpliquées à des mangeuses d’âmes, ces femmes détentrices de pouvoirs occultes et maléfiques. Elles sont alors marginalisées et deviennent les boucs émissaires de toute une société.
Festival de Cannes 2005 : Sélection officielle « Un Certain Regard », Prix de l’Espoir, Mention spéciale du Jury oecuménique Festival du Film Francophone de Namur 2005: Prix Spécial du Jury Les films de Pierre Yaméogo seront disponibles à l’Ambassade (01 43 59 74 92) et à la Médiathèque des Trois Mondes (01 42 34 99 00) au prix de 15 euros par film.

16H20
Défilé de mode de Faso Dan Fani par le styliste burkinabè François Yameogo.

Echanges avec le styliste.
En Afrique, l’élégance revêt une importance capitale. Elle se traduit notamment par le port de vêtements traditionnels. Au Burkina, le « faso dan fani », pagne tissé traditionnel en coton, symbole d’une identité culturelle, suscite un engouement et une créativité extraordinaires qui prouvent l’intérêt des africains pour une mode africaine décomplexée et pleine de vitalité. Elle ne se résume pas à l’image d’une mode « ethnique, folklorique » dans laquelle on a souvent tendance à la cantonner. Pour le styliste François Yameogo, promoteur convaincu du faso dan fani, « cette mode doit être enracinée dans nos cultures tout en établissant des passerelles avec l’Occident car le monde d’aujourd’hui est le fruit d’un métissage culturel ». En somme, cette mode doit tout à la fois affirmer notre identité culturelle et prendre sa place dans la mondialisation.

16H45
Pot de l’amitié

Autour d’un verre de jus de gingembre ou de bissap.
Dégustation de la bière « Métiss », brassée avec du sorgho (mil) du Burkina.
La « Métiss » est un produit de la société Festivitas basée à Bruxelles.

17H30
Concert de musique mandingue avec la musicienne et comédienne Fatoumata Diawara accompagnée par le groupe Debademba d’Abdoulaye Traoré.

Fatoumata Diawara, jeune chanteuse et comédienne remarquée (Enregistrement et concerts avec Dee Dee Bridge Water, Comédie musicale Kirikou, Il va pleuvoir sur Conakry…) allie grâce et beauté à une grande sensibilité. Soutenue par d’excellents musiciens, elle revisite avec brio la musique traditionnelle de son pays d’origine, le Mali. Ses compositions parlent d’exil, d’amour… Abdoulaye Traoré du Burkina Faso, prodige de la guitare mandingue assure la direction d’orchestre. Il accompagne depuis plus de 10 ans de prestigieux artistes : Djeli Moussa Condé, Yeau terré Foulbé, Adama Dramé, Ballets Koteba, Aïcha Koné