Événements

Tourments Noirs
Un solo inédit de Auguste OUEDRAOGO qui traite de l’Afrique et de son devenir en basant sa construction chorégraphique sur le discours visionnaire de Thomas Sankara.

Français

« Tourments Noirs » est un solo de Auguste Ouedraogo qui s’inspire des discours de Thomas Sankara pour poser la question de l’identité de l’Homme Noir dans un contexte mondialisé, ainsi que de l’épineuse question du développement de l’Afrique.

Rester soi-même ou tout renier pour intégrer l’inconnu ? Que faire pour redonner à l’Homme Noir sa place au sein des peuples de la planète ? Que faire pour permettre à l’Afrique de prendre le chemin du développement ? Voilà bien des questions qui fâchent, qui inquiètent… qui tourmentent !

Ce qui est sûr, nous dit Sankara, « …nous devons accepter de vivre africain. C’est la seule façon de vivre libre et de vivre digne. » C’est aussi la seule et unique façon d’évoluer vers un mieux-être des peuples africains, vers un développement durable du continent africain.

Dans ce solo, les discours et les paroles se mêlent volontiers à la musique pour soutenir une danse expressive, douce et violente à la fois. Le corps se fait ici le porte-voix de tout un continent en quête d’un meilleur lendemain. Il exprime ses incertitudes, ses espoirs, ses maux, ses richesses, son avenir, ses Tourments. Il traduit aussi les pensées d’un homme visionnaire qui avait tout vu.


Note d’intention


Violence morale et physique de ce que je suis ……
Noir … un mot et un être chargé par son sens et son histoire.
Aujourd’hui le vécu couvé de quelques années déjà de la dualité entre origine identitaire et évolution moderne face à un monde dit globalisé. Un vécu mêlé à celui de plusieurs générations noires rejaillit quotidiennement… et ça continue…
J’invite la raison de la parole, des discours, des contes et légendes de ces générations qui ont traversé et vécu ces siècles à conter ces Légendes Noires pour qu’elles fassent écho avec le présent, le futur ….
Tout simplement la recherche d’apaisement de cet être, de ses tourments intérieurs qui sont comme une transe.

Auguste OUEDRAOGO