Événements

Nouveau solo de Germaine Acogny « SONGOOK YAAKAAR »
La première et en tournée

Français

Avec Songook Yaakaar (Affronter l’Espoir), Germaine Acogny, nous livre une parole sur l’Afrique, ses grandeurs et ses failles, sans apprêt ni violence, mais courageux. Dans ce solo, dansé, parlé, engagé et universel, soutenu par la vidéo, elle prouve qu’elle reste une aventurière prête au risque

« Depuis longtemps, je cherchais comment répliquer à ceux qui parlent de l’Afrique à tort et à travers. Aujourd’hui, je le fais avec les gestes de ma danse, accompagnés de mots glanés ici et là. J’ai toujours pensé que la vie exprimée par la danse était l’image véritable de notre continent plus qu’aucune langue ne peut le faire.

J’ai choisi de « danser en plaisanterie », une coutume vivante en Afrique de l’Ouest permettant de se moquer de soi-même sans épargner les autres. Senghor disait : « L’Afrique apporte le rire au monde ! »

Mon arme, c’est ma chaloupe, c’est ma danse bénie par les dieux de mes ancêtres. Je danse au-delà des mots et des maux, pour affronter l’espoir de mes Afriques et défendre mes joyeux intérêts.

Puissiez-vous les partager avec moi.


Tournée :


> 10 Septembre 2010
Avant première / Festival Oriente Occidente / Rovereto / Italie

> 17 et 18 Septembre 2010
1ère mondiale / Biennale de la Danse /Théâtre de la Croix-Rousse / Lyon / France

> 22 Septembre 2010
Bozar, Bruxelles / Belgique

> 7, 8, 9, Octobre 2010
Pavillon Noir, Aix en Provence / France

> 13, 14, 15 Octobre 2010
CND, Paris / France

> 12 Novembre 2010
Tanzhaus / Düsseldorf / Allemagne

> 15 Novembre 2010
Murcia / Espagne (à confirmer)

English

With Songook Yaakaar, Germaine Acogny, offers us a word on Africa, its splendour and its failures, without violence, but courageous. In this solo, danced, spoken, full of commitment and universal, she proves that she remains an adventuress ready to take risks.

« For a very long time I have been wondering how best to talk back to those who speak about Africa without knowing what they are talking about. Today I’m talking back at them with Dance, and with words I’ve picked up here and there.

I have chosen to speak through mockery dance*, a tradition still very much alive all over West Africa, which allows one to joke about oneself without sparing others. As our poet-president Senghor has said : « Africa brings the world laughter! »

My weapon, my ferry is Dance, blessed by the ancestral gods of my people. I dance beyond the words and evils of this world in hope for my damaged Africas and in defence of my own joyous interest. « 
Partager :