Événements

Diagonale Nord Sud – Carte blanche à Catherine Boskowitz
Entre Jean Genet et le Congo, Catherine Boskowitz passe un mois à Confluences accompagnée de photographes, musiciens, réalisateurs, écrivains, comédiens et metteurs en scène.

Français

L’histoire de Confluences et ma rencontre personnelle avec Catherine Boskowitz date de 2004, à l’époque où elle était co-directrice du Collectif 12.

Notre aventure, faite de projets communs a immédiatement débuté sous le signe du conflit. Opposition artistique, débats passionnés, choc des caractères.

L’intérêt de ces échanges est qu’ils nourrissaient toujours les projets que nous défendions.

Si j’évoque ici le contenu personnel de notre relation professionnelle, c’est parce que d’une certaine façon il explique mon envie d’offrir une carte blanche à cette metteur en scène. Catherine Boskowitz envisage le théâtre comme un objet d’interrogation permanente. Elle s’associe (et c’est ce qui est plaisant) à des gens qui ne lui ressemblent pas et qui défendent d’autres points de vue que le sien, tout en exigeant d’eux cette part de réflexion et de questionnement qui sont la base de son travail.
Au-delà de notre compagnonnage il est toujours important que les outils culturels soient confiés à des artistes, qui, en toute liberté doivent pouvoir expérimenter leur désir. Cette liberté pour les artistes nous la revendiquons. Nous voulons qu’ils s’approprient notre espace et qu’ils le quittent avec le désir d’y revenir au plus vite. Bienvenue donc à Catherine Boskowitz, à Dieudonné Niangouna à Marcel Mankita, à Alvie Bitemo, à Benoist Bouvot, Rufin Mbou, Renzo Martens, Annette Kouamba Matondo, à Adell Nodé Langlois, à la Cie Idem Collectif, au collectif Nü Köza et à Horace.
Ariel Cypel, directeur de Confluences




Novembre et décembre 2010.
Confluences Maison des arts urbains.


2010 est une année d’inquiétude. Alors je relis Jean Genet. Pour rester éveillée.

J’invite des artistes à travailler avec moi.
Je pars au Congo, traverse le fleuve du même nom. De Brazzaville à Kinshasa, j’imagine des pièces de théâtre, des chants inédits, un son … je travaille.

A Paris à mon retour, le directeur de Confluences me donne carte blanche. Le puzzle commence à s’organiser :
J’invite Dieudonné Niangouna à lire la dernière interview de Jean Genet et à composer avec moi, un dialogue imaginaire qui les réunirait, lui, Niangouna l’auteur des Inepties volantes et Genet, l’auteur de Quatre heures à Chatila. Au public nous présenterons du théâtre, pas vraiment une pièce, une fête de la langue volée à un auteur voleur.

Du Congo toujours, j’invite Alvie Bitemo et Benoist Bouvot à nous donner musique et chant à travers leur duo KIESI en trois soirées de concert… et à nous jouer Samantha à Kinshasa de l’auteur kinoise, Marie Louise Mumbu, pour deux représentations
exceptionnelles. J’invite Marcel Mankita à nous raconter SA France dans le monologue déjanté qu’il a écrit : Mildiou !
J’invite le cinéaste Rufin Mbou à nous projeter Tenrikyo ou une tradition en toge noire dans lequel théâtre et réel s’incarnent dans un rituel que n’aurait pas renié Genet, d’une cour de justice traditionnelle au coeur de Brazza aujourd’hui. Egalement Renzo Martens et son film coup de poing Enjoy poverty tourné en RDC ; enfin Annette Kouamba Matondo qui nous livrera les portraits documentaires de deux auteurs brazzavillois : Dieudonné Niangouna et Sylvie Dyclo Pomos.

De France, j’invite la compagnie Idem Collectif à nous donner sa version des Bonnes et Adell Nodé Langlois à interpréter un clown splendide dans Carnets d’une voleuse. Le photographe Horace nous fera partager ses clichés pris dans les rues lors de manifestations des années 70 où il est question des Black Panthers, des Palestiniens et de la lutte des immigrés … Le collectif de plasticiens et d’écrivains Nü Köza exposera ses images prises autour des lieux de l’enfance abandonnée et des corps tatoués emprisonnés ! … Une carte blanche sur laquelle des caractères passent comme autant de sirènes sur le fleuve Congo ou de personnages surgis du théâtre de Genet.
Catherine Boskowitz, metteure en scène.



PS : Quelques phrases de Jean Genet répondant aux questions de Poirot-Delpech lors d’une autre interview me
reviennent : Vous n’avez pas voulu être Blanc, que je sache?
Ah! dans ce sens, en naissant blanc et en étant contre les Blancs j’ai joué sur tous les tableaux à la fois. Je suis ravi quand les Blancs ont mal et je suis couvert par le pouvoir blanc puisque moi aussi j’ai l’épiderme blanc et les yeux bleus, verts et gris. Vous êtes des deux côtés? Je suis des deux côtés. Oui. C’est une situation qui vous plaît?
En tout cas, c’est une situation qui m’a permis d’apporter la pagaille


CATHERINE BOSKOWITZ

Metteure en scène, directrice de la Compagnie abc (créée en 1985), elle est aussi fondatrice du Collectif 12 à Mantes-la-Jolie (en 1998) qu’elle codirige pendant dix ans. D’ Aubervilliers à Brazzaville en passant par La Courneuve et… Beyrouth Nomade par goût, elle est née dans une famille française somme toute classique, c’est-à-dire
de père étranger naturalisé et de mère française. Elle a eu la chance d’avoir un grand-père qui tout en lui racontant avec passion ce qu’elle n’a pu connaître : l’épopée de Vilar, celle de Copeau, celle de Dasté, l’ a emmenée dans les années 70 et 80 voir les spectacles des plus grands metteurs en scène et auteurs du moment : Ariane Mnouchkine, Peter Brook, Patrice Chéreau, Genet, Beckett, Kantor…
C’est donc naturellement ensuite et avec beaucoup de liberté qu’elle a conçu et mené son parcours d’artiste entre plusieurs pays, plusieurs disciplines, dans l’institution et hors institution et aux côtés de nombreux autres artistes. Du Centre dramatique national d’Aubervilliers, au Festival de théâtre international d’Amman en Jordanie, en passant par Mantes la Jolie, le Théâtre de Gennevilliers, le Centre culturel Français de Brazza, le Festival des francophonies en Limousin et la Grande Halle de la Villette, elle chemine.
Elle monte des textes d’auteurs contemporains : Eugène Durif, Jean Genet, Sélim Nassib, Jean-Pierre Renault, Eric Da Silva, Eduardo Manet, Ahmadou Kourouma, Armand Gatti… et des textes d’écriture collective. Ses mises en scène sont présentées en France et dans de nombreux pays (Liban, Syrie, Jordanie, Tchad, Cameroun, Congo…) où elle dirige aussi des sessions de formation pour les metteurs en scène. Elle s’engage auprès d’artistes et structures culturelles à l’étranger comme le Festival international de théâtre d’Amman en Jordanie, la compagnie Feugham au Cameroun ou le Collectif Shams au Liban ainsi qu’en Haïti où elle met en place une cellule de formation depuis trois ans.

Depuis deux ans, elle est en Bourgogne où elle conçoit et réalise actuellement plusieurs manifestations en écho à l’oeuvre de Jean Genet dont c’est, cette année 2010, le centenaire. Parmi ses nombreuses mises en scène notons les plus récentes : Samantha à Kinshasa de Marie Louise Bibish Mumbu (créé au Festival des Francophonies en Limousin cette année), Bérénice de Jean Racine, Allah n’est pas obligé d’après Ahmadou Kourouma, Splendid’s et Quatre heures à Chatila de Jean Genet…

Aujourd’hui elle réunit une équipe autour de la rencontre imaginaire entre Dieudonné Niangouna et Jean Genet, pour la création du spectacle La dernière Interview à Confluences du 26 novembre au 11 décembre.


PROGRAMME EVENEMENT:


NOVEMBRE

Mardi 16 novembre
18h Vernissage exposition CBKW1. Dessins Catherine Boskowitz
19 h
Mildiou ! One man show de Marcel Mankita – Mise en scène C. Boskowitz
21h
Concert Duo Kiesi (Congo Brazza/France)

Mercredi 17 novembre
19 h
Projection : Tenrikyo, une tradition en toge noire.
Film Rufin Mbou (Congo-Brazza)
21h
Concert Duo Kiesi (Congo Brazza/France)
Expo CBKW1. Dessins Catherine Boskowitz

Jeudi 18 novembre
19 h
Projections : Pourquoi avons-nous peur ? 19h30 On pardonne mais on n’oublie pas.
Films d’Annette Kouamba Matondo (Congo Brazza)
21h
Concert Duo Kiesi (Congo-Brazza/France)
Expo CBKW1. Dessins Catherine Boskowitz

Vendredi 19 novembre
21h
Samantha à Kinshasa. Mise en scène C. Boskowitz (Congo/RDC/France)
Expo CBKW1. Dessins Catherine Boskowitz

Samedi 20 novembre
17H
Projection : Enjoy Poverty. Film de Renzo Martens (Pays-Bas/RDC)
21h Samantha à Kinshasa. Mise en scène C. Boskowitz (Congo/RDC/France)
Expo CBKW1. Dessins Catherine Boskowitz

Vendredi 26 novembre
19h Vernissage exposition Luttes des années 70. Photographe Horace

20h30 La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre

Samedi 27 novembre
18h
Carnets d’une voleuse, de et par Adèll Nodé-Langlois – Cie Pochéros
20h30 La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Dimanche 28 novembre
15h
Projection Un chant d’amour (seul film de Jean Genet)
16h
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
18h Projection Mademoiselle (de Tony Richardson scénario Jean Genet)
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Lundi 29 novembre
19h
Les Bonnes. Cie Idem Collectif
21h Carnets d’une voleuse, de et par Adèll Nodé-Langlois – Cie Pochéros
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Mardi 30 novembre
19h
Les Bonnes. Cie Idem Collectif
21h Carnets d’une voleuse, de et par Adèll Nodé-Langlois – Cie Pochéros
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace


DECEMBRE

Mercredi 1 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Jeudi 2 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Vendredi 3 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Samedi 4 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Dimanche 5 décembre
16h
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Lundi 6 décembre
Expo
Luttes des années 70. Photographe Horace

Mardi 7 décembre
Expo
Luttes des années 70. Photographe Horace

Mercredi 8 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Jeudi 9 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
Expo Luttes des années 70. Photographe Horace

Vendredi 10 décembre
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre

Samedi 11 décembre
17 h Lecture performance + expo photo Collectif NÜ KÖZA
20h30
La dernière Interview. Mise en scène C. Boskowitz
création installation/théâtre
22h Performances plastiques Collectif NÜ KÖZA

Dimanche 12 décembre
Expo
photos Collectif NÜ KÖZA

Lundi 13 décembre
Expo
photos Collectif NÜ KÖZA

Mardi 14 décembre
Expo
photos Collectif NÜ KÖZA

Mercredi 15 décembre
Expo
photos Collectif NÜ KÖZA