Événements

Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris 2011 (FIFDH Paris 2011)
Les Droits de l’Homme sur grand écran – 9ème édition

Français

L’actualité internationale récente au Maghreb et au Proche Orient a prouvé, même aux plus pessimistes, les aspirations des peuples pour plus de libertés, plus de démocratie et de respect des droits de l’Homme. Car cette réalité, n’en déplaise à certains, est universelle.

Chaque année, le Festival International du Film des Droits de l’Homme programme des films documentaires inédits qui permettent au public de toucher cette réalité du doigt et rend hommage à l’engagement sans relâche, de celles et ceux qui, de par le monde, luttent pour leurs droits et leurs libertés.

La 9ème édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH) de Paris se tiendra du 8 au 15 mars 2011 au cinéma Nouveau Latina (4ème, Paris).

Ce festival est désormais la plus importante manifestation culturelle sur le thème des droits humains en France. Il est le rendez-vous annuel incontournable de toutes celles et ceux qui considèrent le respect et la promotion des droits de l’Homme comme l’enjeu essentiel de ce début de siècle.

Le FIFDH de Paris propose, pendant une semaine, un temps de rencontre et de débat unique entre réalisateurs, monde associatif et grand public autour de projections de films documentaires de l’année écoulée. Avec une sélection ambitieuse de documentaires français et internationaux, cette manifestation cinématographique aborde chaque année, dans toute leur diversité, les enjeux contemporains du combat pour la promotion des droits humains. On y traite aussi bien des droits politiques et civiques que des atteintes aux droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux. Le FIFDH permet à des réalisateurs du monde entier de présenter leurs œuvres, souvent en avant-première, mais également d’échanger avec des défenseurs des droits de l’Homme, des universitaires et des acteurs de terrain, de la solidarité.

Deux jurys de professionnels issus du milieu cinématographique et du monde de la solidarité descerneront un Grand Prix et un Prix spécial du Jury à l’issue du festival, dans les catégories « Documentaires de création » et « Dossiers et Grands Reportages ». Un jury composé de lycéens et apprentis descernera le prix « Lycéens et apprentis de Paris-Ile de France pour les Droits de l’Homme ».

D’ores et déjà, on notera quelques films événements de cette sélection 2011 :



* Vous n’aimez pas la vérité – 4 jours à Guantanamo: la présentation en avant-première française d’un documentaire canadien exceptionnel basé sur les enregistrements d’une caméra de surveillance de la prison de Guantánamo. L’interrogatoire – jamais vu auparavant d’une équipe d’agents secrets canadiens avec un adolescent détenu dans la prison de Guantánamo. Basé sur sept heures d’enregistrement vidéo déclassifiées par les tribunaux canadiens, ce documentaire rend compte de l’intensité de l’interrogatoire, qui a duré quatre jours. S’appuyant sur le procédé d’un écran de surveillance, le film analyse les portées scientifiques, légales et politiques des procédés utilisés dans cette instruction.


* Un business florissant : ce documentaire de Ton van Zantvoort présenté en avant-première n’est pas sans nous rappeler le film « Le cauchemard de Darwin ». Il nous fait découvrir la face cachée de l’industrie des fleurs, celle de la mondialisation avec tous ses excès et ses aspects destructeurs pour l’homme et son environnement.



* CTRL+ALT+SUP : « Le monde n’est pas aveugle. Le monde est lâche. » dit l’un des protagonistes de ce premier film de la réalisatrice française Elsa Bloch. Dans ce documentaire, cette jeune réalisatrice nous offre un regard personnel sur le conflit israélo palestinen, sur cette partie du monde si médiatisée et pourtant si mal médiatisée.



* Ghetto millionnaires est le deuxième film du cinéaste belge Gilles Remiche. A travers la description d’un phénomène qui en apparence prête à rire, celui des Sapeurs, ces « jets setters congolais », le réalisateur nous plonge dans cet univers fantasmé de la réussite matérialiste importé d’Occident qui révèle la fascination des « opprimés » (en l’occurrence les acteurs et spectateurs de cette jet set) pour le système qui les oppresse, démontrant ainsi que le pouvoir de l’économie de marché est peut être avant tout symbolique. La soumission des masses aux symboles du système qui génère leur oppression semble rendre impossible l’émergence de revendications qui permettraient de changer ce système. Gilles Remiche animera également une master class pendant le festival.



* Grain de sable: La réalisatrice américaine Pamela Yates et son mari producteur, Paco de Onis sont deux habitués du festival. Ensemble, ils construisent progressivement, film après film, une œuvre de réflexion documentaire sur la notion de justice internationale. La production d’une œuvre documentaire qui rend compte d’atteintes aux droits humains est en elle-même une forme de résistance. Il peut même arriver que les séquences d’un film en viennent à constituer des scènes accablantes pour leurs perpétrateurs plusieurs années après. C’est ce que Pamela Yates illustre parfaitement dans ce beau film personnel où elle rend compte, plus de vingt-cinq ans après les faits, des conséquences générées par son premier film Quand les montagnes tremblent (également programmé mais hors compétition), devenu pièce maitresse des préparatifs d’un procès pour génocide au Guatemala. Grain de sable est leur dernier film présenté au FIFDH de Paris en avant-première.



Comme chaque année, le FIFDH de Paris s’ouvre plus particulièrement au public scolaire des collèges et lycées de Paris et d’Ile de France en les invitant à venir nombreux découvrir les films de la sélection. Pour faciliter leur accès aux films, un tarif préférentiel de 2,5e leur est proposé et le festival sera heureux d’offrir un pass gratuit d’accès gratuit à toutes les séances pour les professeurs accompagnateurs.



Le FIFDH de Paris est membre fondateur du Human Rights Film Network qui regroupe plus de 30 festivals de films des droits de l’Homme dans le monde (www.humanrightsfilmnetwork.org).

Le FIFDH de Paris est organisé par [A]LLIANCE, une association de loi 1901 à but non lucratif, grâce aux soutiens du Secours Catholique-Caritas France, la Mairie de Paris, le Conseil Régional d’Ile de France, l’Acsé Ile de France, la Fondation un Monde Par Tous.

Le Festival se tient au cinéma Nouveau Latina du 8 au 15 mars et pour 2 projections exceptionnelles, au Centre Wallonie Bruxelles le jeudi 10 mars à 19H et 21H.