Événements

Etats généraux du film documentaire de Lussas 2015
27ème édition. Manifestation non compétitive.

Français

Comment préserver le regard ? Le temps et l’espace en sont deux conditions et nécessitent un écart : se placer en retrait du flux, infini illusoire, et travailler la différence, la place de l’autre. Préserver le temps et l’espace du regard, c’est penser le temps et l’espace de la représentation, là où s’inventent des formes et des récits, dans un environnement où la vitesse transforme les pratiques et le regard sur les images. Dans les ateliers de cette édition, nous prendrons le temps de penser les mutations techniques et esthétiques, d’interroger la rencontre entre scène thérapeutique et cinématographique, et de nous plonger dans la création de la fable documentaire. La parole des réalisateurs sera au coeur d’une expérience partagée avec le public. Les écarts nous les travaillerons également de l’oeuvre de Marc Karlin à celle de Michael Snow, de l’imposant Homeland (Irak année zéro) qui nous plonge aux côtés de son réalisateur, Abbas Fahdel, dans le Bagdad d’avant et d’après la guerre en Irak, jusqu’au magnifique Les Mille et Une Nuits de Miguel Gomes. Ces films qui s’inventent seront aussi à l’honneur dans « Expériences du regard » et « Tënk! ». Ils n’existeraient pas sans l’obstination et la conviction de ceux qui les fabriquent dans des conditions de précarité qui n’ont cessé de s’accentuer. Des films dont l’existence fragilisée depuis de nombreuses années déjà est aujourd’hui violemment menacée par des perspectives de financements réduites à peau de chagrin. C’est le devenir de la création audiovisuelle documentaire qui est en jeu et pour lequel nous nous mobiliserons avec le collectif « Nous sommes le documentaire ».

Pascale Paulat et Christophe Postic