Fiche Film
Cinéma/TV Histoire/société
MOYEN Métrage | 2014
Esklavaj reparasyon (Réparation de l’esclavage)
Date de sortie en France : 10/05/2014
Pays concerné : France
Durée : 52 minutes
Genre : historique
Type : documentaire

Français

Titre français : Esklavaj reparasyon (Réparation de l’esclavage)
Résumé français : En France la question de la réparation fût posée dès 2001 lors du vote de la loi « Taubira » Aujourd’hui cette question suscite beaucoup d’intérêt au sein des communautés déportées d’Afrique.

Réalisateur : Jean-Luc Miheaye

2015, Togo/France, Documentaire, 52 mins

Prod : Metiss Soul – Sahryana Productions – Adh France

avec Françoise Vergès, Bertrand Dicale, François Durpaire, Louis-Georges Tin, Jean-Philippe Omotunde, Maboula Soumahoro



NOTE DE L’AUTEUR

Parce que peu de citoyens français connaissent la date annuelle de commémoration de l’abolition de l’esclavage, parce que les faits historiques ne sont pas détaillés dans les manuels scolaires ; parce qu’à ce jour rien n’a été mis en œuvre de façon significative par les autorités française, parce que c’est dans la plus grande discrétion que la république défend la mémoire et l’honneur de ses descendants, que je me suis donnée pour objectif de réaliser ce film documentaire sur le thème de la réparation liée au commerce et à la déportation des peuples d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, pour éveiller la conscience collective, et donner sa dignité et sa juste importance à notre devoir de mémoire, alors que rebondit le débat autour de la repentance et de la colonisation, et que les tribunaux civils sont de plus en plus sommés d’indemniser les « préjudices de l’histoire ». Pour développer cette thématique, à travers les témoignages d’Afro-descendants, je tente de mettre en lumière un passé longtemps occulté et de mesurer l’impact de cette ignorance.

Louis-Georges TIN
Président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), organisateur du débat autour de la question des réparations liées à l’esclavage, Françoise VERGES politologue et Ex-Présidente du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, Jean-Philippe OMOTUNDE chercheur en histoire, enseignant à l’Institut Africamaat, Maboula SOUMAHORO civilisationiste-Docteur en civilisation du monde anglophone, François DURPAIRE historien-membre du comité pour la mémoire de l’esclavage, répondent aux questions récurrentes que se posent de nombreux descendants de l’esclavage et de la colonisation, tel que le mal dans l’histoire est-il un préjudice qu’on peut réparer ? L’indemnisation financière peut-elle ouvrir la voie à une réconciliation ? Les victimes y trouvent-elles vraiment la reconnaissance qu’elles cherchent ? Ne s’agit-il pas là d’une marchandisation de la justice ?… Ce film documentaire est un premier pas pour tenter de répondre à ce besoin de mémoire et de réconciliation, car il me semble que seuls des symboles fort penseront les plaies de tout un peuple déchiré par l’humiliation et l’indignation.
Jean-Luc MIHEAYE

2015 | 24e Fespaco, Burkina
* Sélection – Compétition officielle Documentaires
www.fespaco-bf.net
Bonus français : Synopsis

En France la question de la réparation fût posée dès 2001 lors du vote de la loi  » Taubira « 

Aujourd’hui cette question suscite beaucoup d’intérêt au sein des communautés déportées d’Afrique.

 

Bien que nos élus, de tous bords aient préférés le devoir de mémoire à la réparation matérielle, ils nous ont donné la possibilité d’agir et de nous exprimer dans un cadre législatif

Ce premier film documentaire sur la réparation  de l’esclavage et de la traite négrière  en France, est un premier pas pour tenter de répondre à ce besoin de mémoire et de réconciliation, car il me semble que seuls des symboles fort panseront les plaies de tout un peuple déchiré par l’humiliation et l’indignation.