Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 2022
Rivière n’est pas une frontière (La)
Titre original : Maayo wonaa keerol
Pays concerné : Sénégal
Durée : 105 minutes
Genre : historique
Type : documentaire

Français

Le fleuve Sénégal constitue la frontière nationale entre la Mauritanie et le Sénégal. En 1989, une guerre a éclaté entre ces pays, le long et autour du fleuve. Les deux parties ont commis des atrocités. Le cinéaste sénégalais Alassane Diago n’était qu’un jeune enfant à l’époque.

Aujourd’hui, il réunit sa « famille sénégalaise et mauritanienne », toutes victimes ou témoins du bain de sang, afin qu’elles puissent parler en détail de leurs expériences traumatisantes. Il veut découvrir la vérité et favoriser la réconciliation. Pourquoi s’est-on massacré et pourquoi tant de personnes ont-elles été « déportées » ? Y avait-il un racisme systémique, sous l’égide des élites blanches et arabes ? S’agissait-il d’un cas de nettoyage ethnique ?

Dans un style sobre et fonctionnel, Diago filme 40 personnes impliquées dans la reconstruction de cette histoire peu connue. Ils racontent à Diago, ou entre eux, ce qu’ils ont vécu. Les témoignages détaillés parlent d’eux-mêmes, mais les expressions des visages des victimes, leur langage corporel, leurs hésitations et leurs silences, ainsi que les larmes de ceux qui les écoutent, sont encore plus éloquents.

English

River Is Not a Border (The)
The Senegal River forms the national border between Mauritania and Senegal. In 1989, war broke out between these countries, along and around the river. Both sides committed atrocities. Senegalese filmmaker Alassane Diago was just a young child at the time.

Now he brings together his « Senegalese and Mauritanian family, » all victims or witnesses of the bloodbath, so they can talk in detail about their traumatic experiences. He wants to find the truth, and to bring about reconciliation. Why did they slaughter each other, and why were so many people « deported »? Was there systemic racism involved, under the white and Arab elite? Was it a case of ethnic cleansing?

In understated, functional style, Diago films 40 of the people involved as they reconstruct this little-known history. They tell Diago, or each other, what they experienced. The detailed testimonies speak for themselves, but even more articulate are the victims’ facial expressions, body language, faltering and silences-as well as the tears of those who listen.

Spoken languages: French, Wolof, Arabic, Other languages
Subtitles in: English

Production: Michel Klein for Les films hatari, IndigoMood, l’atelier documentaire, Ma.ja.de Filmproduktions GmbH
Cinematography: Michel K. Zongo
Editing: Catherine Gouze
Screening copy
Partager :