Hop

De Dominique Standaert

Print Friendly, PDF & Email

Hop a la dynamique de son titre. Mené comme un thriller à rebondissements, il captive de bout en bout grâce à des trouvailles de scénario qui tiennent moins aux procédés fort classiques et largement employés de suspens orchestrés ou de clins d’œil aux tendances révoltes des spectateurs qu’à des références poétiques qui ne sont pas sans rappeler celles des premiers films du Suisse Alain Tanner – à commencer par ce que veut dire le hop, que nous nous garderons bien de dévoiler, pas plus que ne le fait Justin, le jeune Noir héros du film.
Justin est d’origine burundaise et son père est sans papiers. Arrêté par la police, il est expulsé mais ramené car son fils s’est acoquiné avec un vieil anarchiste pour menacer de dynamiter des lieux symboliques ou stratégiques. Un savoureux chassé-croisé avec la police se met en place, qui permet de démontrer qu’un jeune Noir peut être aussi futé que sensible, qu’il ne fait pas forcément bon être immigré en Belgique, que la police n’y est pas tendre avec les clandestins, et que les clichés sur les Noirs peuvent être retournés comme des armes pour les défendre.
Bien maîtrisé, le film tient en haleine et convainc. On s’explique mal par contre le choix du noire et blanc que l’image n’utilise au fond qu’assez peu (si ce n’est pour connoter les références au polar) ni une musique dramatisante particulièrement encombrante.

2002, Belgique, 104 min, 35 mm, n&b, v.o. s.-t. f.///Article N° : 2906

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire