L’Afrique de Nicolas Sarkozy

Achille Mbembe livre ici une critique argumentée du discours adressé à “l’élite de la jeunesse africaine” à Dakar le 26 juillet 2007 par le président de la République française, Nicolas Sarkozy, lors de sa récente visite de travail en Afrique subsaharienne, que nous publions pour information par ailleurs (article n°6785). Cette chronique, qui fait suite à de nombreuses autres d’Achille Mbembe sur notre site, est publiée dans le cadre de notre partenariat avec le journal camerounais Le Messager.

En auraient-ils eu l’opportunité, la majorité des Africains francophones aurait sans doute voté contre Nicolas Sarkozy lors des dernières élections présidentielles françaises. Ce n’est pas que son concurrent d’alors, et encore moins le parti socialiste, aient quoi que ce soit de convaincant à dire au sujet de l’Afrique, ou que leurs pratiques passées témoignent de quelque volonté que ce soit de refonte radicale des relations entre la France et ses ex-colonies. Le nouveau président français aurait tout simplement payé cher son traitement de l’immigration lorsqu’il était le ministre de l’intérieur de Jacques Chirac, sa collusion supposée avec l’extrême droite raciste et son rôle dans le déclenchement des émeutes de 2005 dans les banlieues de France. Du viol par le langage Pour sa première tournée en Afrique au sud du Sahara, il a donc atterri à Dakar précédé d’une très mauvaise réputation – celle d’un homme politique agité et dangereux, cynique et brutal, assoiffé de pouvoir, qui...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire