Le « Speed dating politique » d’Afriscope

Print Friendly, PDF & Email

Le 26 février 2012, Afriscope et plusieurs acteurs de la diversité ont interrogé dans le cadre d’un « speed dating politique » les présidentiables ou leurs représentants. A l’ordre du jour : représentativité, laïcité, statistiques ethniques, immigration. Retour sur un débat animé !

En ce dimanche après-midi, la salle parisienne de la Bellevilloise affiche complet. Six médias et associations de la diversité ont donné rendez-vous aux présidentiables ou à leurs représentants pour un speed dating politique. Sur la scène : Philippe Poutou pour le NPA, Patrick Lozès pour Allez la France, George-Pau Langevin pour le PS, Fadila Mehal pour le Modem, Esther Benbassa pour Europe-Écologie-les Verts, Camille Bedin pour l’UMP, Danièle Obono pour le Front de Gauche et Geneviève Reimeneiger pour Lutte Ouvrière sont prêts à participer à ce débat fondé sur la concision et la spontanéité. Chacun disposera de quelques minutes pour répondre aux questions des intervieweurs sur cinq thèmes : la représentativité politique, l’éducation, l’emploi dans les quartiers populaires, la politique de la ville et la laïcité.
Trois rounds, huit partis
Huit partis sont donc représentés. Deux seulement ont missionné leur candidat : le NPA et Allez la France. Eva Joly s’est excusée à la dernière minute, tandis que le parti villepiniste a décliné l’invitation avant-veille. Aucun invité ne connaît les règles du jeu. Raphäl Yem, modérateur et par ailleurs journaliste pour MTV et Canal + les invite à piocher, dans des casques coloniaux, les bulletins qui détermineront la composition des trois plateaux. Une pointe d’appréhension se devine sur les visages, peu habitués à ne pas avoir la main mise sur le déroulement d’un événement public. La tension est vive lorsque Camille Bedin, représentante de Nicolas Sarkozy, prend la parole. à maintes reprises, elle se lève pour se faire entendre, lâchant finalement : « est-ce la règle du jeu d’être agressif les uns envers les autres ? » Les deux autres rounds sont moins tendus. Les partis de gauche s’accordent.
Faire entrer les quartiers sur la scène politique
La représentativité et l’expression des « sans-voix », que sont les habitants des quartiers populaires, traversent les trois rounds. à l’heure où le PS joue à cache-cache sur la tenue d’un Grenelle des quartiers, les acteurs de la diversité s’engagent à rester vigilants quant aux volontés politiques exprimées lors de ce « speed dating ».
En attendant des réponses concrètes des élus, ce rendez-vous a permis à Afriscope de réunir des partenaires, acteurs de la diversité au quotidien : les Indivisibles, le collectif La France que nous voulons (auteur d’un ouvrage de 50 propositions aux candidats), le réseau des médias de quartier Presse & Cité, le webzine Med’in Marseille ainsi que Respect Mag (porteur de l’appel aux candidats avec le think tank Terra Nova). Un pas de plus vers une reconnaissance effective de l’interculturalité et des dynamiques existant dans les quartiers, car comme le rappelle le politologue Gille Kepel (1), « la banlieue n’est pas à la marge, mais au centre : c’est au prix de ce renversement de perspective que se lit notre avenir commun. »

1. Auteur de Banlieue de la République : Société, politique et religion à Clichy sous-Bois et Montfermeil, Paris, Gallimard, 2012.

Lire également sur le même sujet [l’article 10663] et [l’article 10664]Les trois rounds du dossier « Speed dating politique », sont extraits du numéro spécial d’Afriscope n° 25 du 15 mars 2012.///Article N° : 10661

Les images de l'article
Le dimanche 26 février 2012, la salle de la bellevilloise était comble pour assister au Speed dating politique. © Noémie Coppin





Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications