Murmures

Alain Mabanckou : « L’exilé est censé avoir réussi »
mars 2013 | Faits de société | Littérature / édition | République du Congo
Source : L’Express

Français

Dans Lumières de Pointe-Noire, l’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou raconte son retour à Brazzaville après une vingtaine d’année d’exil. Pour L’Express, il témoigne de son expérience.
L’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou, professeur de littérature francophone en Californie et grand ordonnateur du festival, publie le formidable récit de son retour au pays vingt-trois ans après l’avoir quitté (Lumières de Pointe-Noire, Seuil). L’occasion d’ausculter en sa compagnie l’écrivain de l’exil.

Le départ

« Au Congo-Brazzaville, en 1989, il n’y avait pas de deuxième cycle de droit. Si l’on obtenait une bourse, on pouvait aller étudier en Union soviétique ou en France. Je suis parti à 23 ans, à Nantes puis à Paris, dans l’espoir, comme tous les Congolais, de revenir servir mon pays. Durant les toutes premières années, je n’ai pas pu faire le voyage retour, faute d’argent. Seuls les enfants de ministres ou de personnes aisées pouvaient se le permettre (…)

[Lire la suite de l’article de Marianne Payot publié par L’Express]
Partager :



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications