Murmures

Aux Etats-Unis, le film « Intouchables » est jugé « raciste et choquant »
décembre 2011 | Faits de société | Cinéma/TV | États-Unis

Français

Nous avons nous-mêmes critiqué le film « Intouchables » en cherchant à comprendre les raisons de son succès : critique n°10507 à lire [ici]

Nous reprenons ci-dessous une information sur la réception du film.

« Quand il est sorti le mois dernier, « Intouchables » semblait n’être qu’une comédie française banale, un peu simplette, un film à petit budget porté par des acteurs peu connus en dehors des frontières françaises », explique le New York Times dans un article publié hier et consacré au film phénomène « Intouchables », qui a déjà attiré plus de 12 millions de spectateurs dans les salles obscures de l’Hexagone en cinq semaines à peine.

Libé critique un film « bien pensant »

Outre « Bienvenue chez les Ch’tis » et le récent « The Artist », on a du mal à se souvenir d’un autre film français qui ait bénéficié d’une telle couverture aux Etats-Unis. Il faut dire que le succès d' »Intouchables » est tout simplement extraordinaire, au sens propre du terme, ce qui a poussé la Weinstein Company à acquérir les droits pour en produire un remake américain, après une sortie du film dans sa version originale à l’été 2012.

Mais l’accueil rencontré par « Intouchables » n’est pas unanime. En France, si la presse s’est montrée plutôt positive, Libération a reproché au film d’être une comédie « bien pensante » et « bisounours ». Pour les journalistes du quotidien, le film est desservi par des personnages stéréotypés et met en avant une « morale à géométrie variable, assaisonnée de leçons de vie ». L’article, très sévère, a fait couler beaucoup d’encre en France.

Un film « choquant »

Mais aux Etats-Unis, c’est un autre problème qui est soulevé notamment par Variety, une institution outre-Atlantique, qui a vu le film à la rentrée dernière et dont les propos sont repris dans l’article du New York Times. Pour le critique de Variety, « Intouchables » est tout simplement raciste. « Bien qu’ils ne soient pas connus pour leur subtilité, les co-réalisateurs et co-scénaristes Eric Toledano et Olivier Nakache n’ont jamais produit un film aussi choquant que « Intouchables », qui met en avant un racisme digne de l’Oncle Tom qui a, on l’espère, définitivement disparu des écrans américains », commence ainsi la critique.

C’est le personnage de Driss, campé par Omar Sy, qui est l’objet de toutes les attaques de Variety. « Driss n’est traité que comme le singe d’un spectacle de cirque, avec toutes les associations racistes de ce terme, expliquant au blanc coincé comment s’amuser en remplaçant Vivaldi par « Boogie Wonderland » et lui montrant comment bouger sur le dancefloor », note ainsi le magazine spécialisé, qui applaudit la performance et le talent d’Omar Sy mais regrette que le rôle soit si stéréotypé.

Lire l’article sur [ozap.com]
Partager :