Fiche Personne
Dessinateur/trice Illustrateur/trice Scénariste Bédéiste

Saye Lepa-Mabila

République démocratique du Congo

Français

Débutant à Jeunes pour jeunes où il reprend les séries Durango, Sinatra et Apolosa (créées par Boyau), Lepa Mabila Saye reste toujours très actif quarante ans plus tard. Il est considéré comme le père de la BD populaire congolaise depuis l’année 1985, où sous le nom de Lepas, il sort une petite revue artisanale, JunioR qui durera plus de vingt ans avec une périodicité très aléatoire. En parallèle, Lepa Mabila Saye a travaillé pour les éditions Saint Paul en dessinant une bande dessinée d’inspiration religieuse, Bakanja martyr de chez nous (1980 ; une version en kikongo sort la même année) sur les injustices de la colonisation. Il illustre également la collection Contes et légendes de la tradition en publiant Les oreilles ne dépassent jamais la tête (1983), Un croco à Luozi (sur un scénario de Zamenga Batukezanga, 1983), Bakhita (1984), Les belles aux dents taillées et autres contes (1986, avec Charles Djungu Simba Kamatenda), Kipenda roho, le démon-vampire et autres contes (1986, avec Charles Djungu Simba Kamatenda). Il fera aussi la couverture de Tanita, dessiné par Sambu Kondi. Lepa Mabila Saye a également illustré plusieurs romans pour adolescents de Zamenga Batukezanga. Par la suite, Lepas sera présent dans le journal L’avenir, où il publiera régulièrement des planches mais aussi dans des publications qu’il autopublie et fait distribuer sur les marchés de la capitale. Ce fut le cas avec Le choc en 2007 qui proposait des courts récits humoristiques comme La diarrhée occasionne une rupture des fiançailles ou bien, en français, Pauvre polygame, sur les malheurs de la polygamie. En 2005, il publie chez Mediaspaul, Nyota, la fille du soleil avec Emmanuel Kalombo L. (scénario) puis en 2007, L’oiseau qui fait pleurer (scénario de Nzuzi Madiya). En 2009, Lepa Mabila Saye publie des planches dans les n° 4, 5, 13, 19 et 21 de la revue Kin label. Enfin, en 2010, il dessine, sur un scénario d’Emmanuel Kalombo L., une biographie en BD : L’abbé Stéphane Kaozé, 1er prêtre congolais.

La contribution d’Alain Brezault :

Dessinateur et illustrateur confirmé, Lepa Mabila Saye, dit Lepa, vient, dans l’ordre chronologique, en quatrième position dans l’histoire de la BD au Congo, après Mongita, Boyau et Sima Lukombo. Engagé au magazine « Jeunes pour jeunes » dès 1970, où il reprendra les personnages de Boyau après le départ de son ami, tout en animant la série pour les touts petits : « Les deux nièces de l’oncle Lepa ». Lepa a débuté sa carrière aux Editions Saint Paul Afrique pour qui il a illustré de nombreux albums inspirés de la Bible ou consacrés à la vie des saints, souvent publiés en lingala, kikongo, tshiluba et swahili afin de toucher l’ensemble du pays. Il a également illustré de nombreux contes pour ce même éditeur ( » Mikombe et le démon « ,  » Sha Mazulu « , puis  » Mami-Wata à Lodja  » et  » Lata l’orpheline « , histoires scénarisées par l’écrivain Zamenga Batukezanga au début des années 80). Il réalisera également, toujours pour les éditions Saint Paul, un album en BD
 » Bakanja  » sur les injustices de la colonisation au début du XXème siècle. Lepa réalise aussi des dessins de presse dans l’hebdomadaire Kinois  » Le Choc « . Lepa Mabila Saye a publié en 2005  » Nyote, la fille du soleil « , une BD en couleur reprenant une histoire déjà publiée au milieu des années 80 dans le journal « Ngouvou ». Il adhère en 2008 à l’association BD Kin Label et publie 4 planches dans Kin Label n°4.


Style et thèmes :


Parmi l’oeuvre abondante de Lepa, il faut aussi souligner sa contribution à de nombreuses petites publications en lingala, rapidement réalisées avec les moyens du bord (mauvais tirage, encrage N/B, impression peu soignée) mais qui expriment avec humour les situations plus ou moins scabreuses vécues quotidiennement par les habitants de Kinshasa, tout en exploitant les rumeurs invérifiables de
« radio trottoir  » colportées dans les rues des quartiers populaires
(JunioR, créé dès 1985, avec les aventures de « Djo Eph le Parisien »). A part ces publications populaires rapidement exécutées, le dessin de Lepa a peu évolué au fil du temps, il est toujours resté d’une facture très classique, bien structuré et donc facilement lisible pour véhiculer des messages didactiques à ses lecteurs.

Alain Brezault


Exemples BD:

 » Mwana Mbanda « 
 » Bolingo ya désordre  » ou l’amour irresponsable « Ecoutons nos vieux « 
 » Djo-Ef le parisien « 
 » Pauvre polygame « , 2006
« Bameli Djo Eph » 2008,
(in « Kin Label » n° 4


Albums publiés:


 » Bakanja « , ed. St-Paul
 » Mami-Wata à Lodja « 
 » Nyote, la fille du soleil « 
« Mikombe et le démon »
 » Moseka et ses jeunes amis apprennent à vivre avec le diabète  » (2006), Association
 » Vaincre le diabète au Congo « 


Magazines:


 » Le Choc « 
 » Ngouvou « 
 » JunioR « 
« Kin Label »
Livres(s)